Amiens- Red Star
. | .

Amiens et le Red Star se neutralisent

Publié le , modifié le

Amiens a laissé passé l'occasion de conforter sa place sur le podium tout en prenant un peu d'écart sur ses poursuivants, en concédant le match nul (0-0) contre le Red Star lundi en match de clôture de la 12e journée de ligue 2. Ce match assez terne n'a finalement valu que pour ses dernières minutes où il aurait pu basculer sur un but refusé ou un pénalty oublié.

Les deux grosses occasions de la première période ont été amiénoises, avec deux fois le même homme Jonathan Tinhan, dans les bons coups. A la 3e minute, l’ancien Montpelliérain manquait son dernier contrôle alors qu’il était en excellente position face à Cros, le portier du Red Star, et le défenseur Sarr pouvait désamorcer le danger. Vingt minutes plus tard il adressait un très bon ballon à son capitaine Monconduit, dont la frappe était captée en deux temps par Cros.
Les Audoniens n’apportaient que peu de contradictions dans le jeu, s’appliquant surtout à se montrer solides défensivement.
Ils ne changeaient guère de tactique en deuxième période, ne semblant pas avoir d’ailleurs d’autres moyens que de tenter les contres. Mais même dans ces actions-là,, ils ne se projetaient pas assez vite. Ils avaient trop peu de capacité de percussion pour se montrer dangereux. Seul Mhirsi sur un ballon en profondeur capté par le gardien d’Amiens Gurtner puis sur une frappe lointaine a essayé de secouer les Verts.

Fin de match serrée


Les Amiénois eux, prenaient le temps d’organiser leurs offensives. Gope-Fenepej s’essayait à deux reprises à distance, mais ses frappes n’étaient pas cadrées. Au fil des minutes, ils perdaient de la vivacité, dans un match techniquement limité, même si Fofana héritant d’un ballon en profondeur parvenait à inquiéter Cros. Le le Red Star ne réussissait son  premier titre cadré sur un coup franc à la 80e minute, mais il pouvait malgré tout réussir le hold-up parfait si l’arbitre avait validé le superbe retourné du nouvel entrant Ngamukol qui a trompé Gurtner (89e). Mais le référé jugeait qu’il y avait faute au grand dam des Franciliens. Ceux-ci pouvaient aussi s’estimer heureux car ils auraient aussi pu concéder un pénalty dans la minute suivante. Amiens a beaucoup pousser  sans parvenir à trouver la faille mais aurait bien pu se faire surprendre.

Christian Grégoire