Sebastian Ribas, Dijon, 20/05/2011
Le Dijonnais, Ribas, meilleur buteur du championnat | JEFF PACHOUD / AFP

Ajaccio et Dijon y sont !

Publié le , modifié le

Ajaccio, vainqueur de Nîmes (2-1), et Dijon pourtant défait à Angers (1-0), ont décroché leur billet pour la Ligue 1 la saison prochaine, vendredi lors de la 38e et dernière de Ligue 2. L'autre prétendant, Le Mans a fait ce qu'il fallait, à savoir s'imposer devant Nantes (3-2) mais échoue au pied du podium à la différence de buts.

Ajaccio et Dijon vont donc accompagner en L1 le leader Evian-Thonon, assuré du titre dès la semaine dernière et qui a terminé sur une bonne note contre Metz (4-3).  Ajaccio a su répondre à l'ouverture du score nîmoise au stade des Costières, en inscrivant un doublé par Rivière. A l'inverse, Dijon n'a jamais su revenir sur le SCO, qui avait pris l'avantage par Keseru en première période.

 Les Corses et les Bourguignons figuraient de leur côté parmi les plus modestes budgets du championnat. Qu'importe, ils ont laissé à leur triste sort des clubs d'un calibre supposé incomparable, comme Le Mans (4e), Nantes (13e), ou Le Havre (9e), autant de candidats à la montée qui devront patienter une année supplémentaire. L'AC Ajaccio retrouve pour sa part la L1 cinq ans après l'avoir quittée. Les Corses en avaient été pensionnaires pendant quatre saisons (2002-2006), après un premier passage de 1966 à 1973. Dijon, dont le principal fait d'arme de son histoire footballistique restait une demi-finale de Coupe de France en 2004, accède pour la première fois à l'élite.

Pour les Manceaux, c'est la déception. C'est sans doute au début de la saison qu'ils ont compromis leurs chances de montée. Car même s'ils sont bien revenus dans la deuxième partie, ils ont dû batailler jusqu'au bout et jouer leur billet dans le dernier match. Il aurait fallu pour cela qu'Ajaccio s'incline car, avec Dijon, et l'écart était trop important. Les Sarthois doivent baisser pavillon du fait d'un goal average défavorable (+11 contre +15)  

 Dans les autres matches, tous sans enjeu, on notera les cartons d'Istres contre Châteauroux (5-3) et du Havre contre Grenoble (5-0), 20e et lanterne rouge cette saison comme il l'avait été l'an dernier en L1. La descente aux enfers continuent pour les Isérois.

Déclarations

Olivier Pantaloni (entraîneur d'Ajacio): "réussir cette accession est fabuleux. On était l'un des plus petits budgets de L2, on va essayer de le doubler pour atteindre 15-16 millions d'euros mais ce sera encore le plus petit de Ligue 1. Cela ne nous fait pas peur. On sait que l'on pourra encore compter avec l'esprit corse, l'attachement au club et au maillot. Cette année, on espérait se maintenir et ne pas trop souffrir, cette accession on ne l'avait pas rêvée... Je ne réalise d'ailleurs pas que la saison prochaine on foulera les pelouses de la L1".

 Patrice Carteron (entraîneur de Dijon)  "C'est quelque chose de formidable. Dans ces moments-là, il faut penser à tous ceux qui ont contribué à la montée. Le staff, le président qui m'a fait confiance et un groupe de jeunes joueurs dont six ce soir n'avaient aucune minute de Ligue 2 en début de saison. Ca montre qu'avec des idées un peu différentes, on peut avoir des résultats même avec peu de moyens. J'embrasse tous ceux qui ont cru en moi, la nuit va être merveilleuse. Je donne rendez-vous à toute la ville et toute la région pour faire la fête avec nous. Je suis Bourguignon ce soir!"