Yoann Gourcuff
Yoann Gourcuff va enfin tirer un trait sur ses cinq ans à Lyon | SIPA - LAURENT CIPRIANI

Yoann Gourcuff a signé à Rennes et a hâte de rejouer

Publié le , modifié le

Yoann Gourcuff est officiellement devenu un joueur du Stade Rennais ce lundi. L'international français a paraphé son contrat de un an au centre d'entraînement de la Piverdière et a donné sa première interview au quotidien régional Ouest France dans laquelle il rassure ses supporters : il n'a jamais pensé arrêté le football et a hâte de retrouver les terrains. Son retour va s'opérer en douceur puisqu'il reprend l'entraînement ce mardi mais son premier match officiel ne devrait pas arriver avant 2016.

Un dernier match en Ligue 1 le 21 mars dernier, un protocole d'accord signé le 14 septembre dernier et ce lundi enfin la signature du contrat. Sept mois se sont passés entre sa sortie sans prévenir à Gerland et sa paraphe ce lundi à Rennes, Yoann Gourcuff redevient peu à peu un joueur de football. Prochaine étape ce mardi avec un premier entraînement à La Piverdière avec ses nouveaux coéquipiers. Avant de retrouver les pelouses, Gourcuff a donné sa première interview à Ouest France dans laquelle il a confié sa joie. "Je suis très content, j’espère revenir sur les terrains très vite, pouvoir m’amuser. Je ne sais pas quand je vais rejouer, on va voir, le terrain me manque", a-t-il déclaré dans les colonnes du quotidien régional.

La blessure aux sésamoïdes est terminée. Cette blessure rare l'a contraint à stopper toute activité pendant de longues semaines afin de permettre à son pied de se reposer. "C’est dû à une hypersollicitation, je n’ai pas reçu de choc", a-t-il expliqué, mais les soins reçus à Lyon n'ont pas aidé à la guérison. La blessure a été mal diagnostiquée tout simplement. Il a d'abord chercher à passer outre la douleur, tordant ainsi le coup aux bruits qui l'entourent, à savoir qu'il ne joue pas lorsqu'il ressent une petite douleur. Ce faisant il a aggravé son cas. "Au début, j’ai essayé de forcer malgré la douleur. La première étape, c’est avoir le bon diagnostic. Quand on a mal mais que l’on ne nous explique pas la douleur, c’est pénible dans un premier temps. Ensuite, quand on a une explication et un diagnostic, on passe un cap. La difficulté de cette blessure, c’est qu’elle est assez rare et qu’il n’y a pas vraiment de délai précis".

Montanier pas menacé

Ces moments de doute, où il n'était plus vraiment footballeur, ne l'ont pas abattu. Après cinq années tumultueuses à Lyon, Gourcuff était décidé à rebondir. Sa fin de carrière n'était pas du tout envisagé. "Non. J’aime trop le foot, il était hors de question de penser à des choses comme ça". Durant cette période, il a eu le temps d'observer sa future équipe et ses coéquipiers. Il n'a pas raté une miette. "Je regarde tous les matches du Stade Rennais, je suis en contact régulier avec le coach, le président et d’autres personnes du club", a-t-il assuré. De sa position de spectateur attentif du Stade Rennais cette saison, il a pu voir que l'embellie du début de saison (4 victoires, 1 nul en cinq rencontres) était terminée. Les Bretons restent sur cinq nuls et deux défaites qui les ont fait passer de la 2e à la 9e place de Ligue 1, ce qui fragilise la position de l'entraîneur Philippe Montanier

Le quotidien 20Minutes a même affirmé dimanche que le président René Ruello aurait commencé à prendre contact avec Christian Gourcuff - annoncé comme arrivant possible sur le banc à peu près à chaque fois que ce poste semble vaquant - et René Girard, qui ne semble tout de même pas le premier nom d'entraîneur qui vient à l'esprit quand on veut proposer plus de spectacle. Le président Ruello a fermement démenti ces informations. Tout comme il avait démenti l'arrivée de Gourcuff qui va essayer de ramener un peu de soleil dans un ciel de Rennes qui s'est bien assombri ces dernières semaines entre les résultats et les blessures (Ntep, Mexer).