Vers un nouvel organigramme du PSG ?

Publié le , modifié le

Le conseil de surveillance du Paris SG, prévu mardi et finalement repoussé à mercredi, devrait mettre fin au feuilleton du chassé-croisé entre Robin Leproux, actuel président, et Leonardo, super manager pressenti, et dessiner un nouvel organigramme taillé pour le second. Seule certitude dans ce jeu de dupes, le Qatar Sports Investments (QSI), qui possède 70% du PSG depuis le 30 juin, a prévu d'entériner la nouvelle présidence.

Leonardo l'a annoncé, il ne souhaite pas travailler avec Robin Leproux, actuel président du PSG. "Je n'exclus pas d'être à la tête du Paris SG le 6 août (reprise de la L1, jour où le PSG recevra Lorient à 21h00), mais je n'exclus pas le contraire", avait ainsi publiquement indiqué le Brésilien le 7 juillet depuis Milan. Quatre jours après avoir entamé les discussions à Londres avec le président du QSI, Nasser Al-Khelaifi, et le prince héritier du Qatar Tamim Al-Thani, il s'agissait alors surtout de mettre la pression sur les Qataris en leur rappelant ses conditions. Il faut croire qu'il a été entendu puisque des sources indiquent qu'il a fini par obtenir les pleins pouvoirs. Des proches de l'ex-entraîneur de l'Inter certifient en effet que celui-ci ne reviendra dans le club où il a joué lors de la saison 1996-1997 qu'une fois l'avenir de Leproux scellé, ou du moins son périmètre d'action considérablement rogné.

"Le connaissant, Leproux n'acceptera pas de démissionner"

"Le connaissant, Leproux n'acceptera pas de démissionner", a indiqué à l'AFP un collaborateur du président actuel. Ce dernier est actuellement en vacances et explique en privé qu'il s'attend à être bientôt débarqué. "C'est normal de ne pas démissionner, donc il devrait négocier sa sortie", explique encore la même source. Avec le directeur général Philippe Boindrieux et le responsable du recrutement Alain Roche, Leproux a donc été convoqué devant le conseil de surveillance. A l'heure actuelle, il est toutefois impossible de savoir si les trois hommes répondront à cette convocation des nouveaux propriétaires. A leur arrivée, les dirigeants avaient en effet le souhait de se séparer de tous les hommes influents du club, mais ils ont dû depuis revoir leur projet. Dans un premier temps, la tête de Leproux pourrait les satisfaire. Leonardo en charge du secteur sportif, ils pourraient alors chercher quelqu'un pour diriger au quotidien les autres composantes du PSG . Pour l'instant, les recherches ne semblent pas avoir abouties, plusieurs cibles potentielles s'inquiétant d'un mode de fonctionnement encore trouble. Il se murmure cependant que Sophie Jordan, une ex-avocate de Canal+ où elle y a géré pendant des années les appels d'offres des droits TV pour la L1, pourrait se voir confier un nouveau rôle exécutif et briguer, d'une certaine manière, une fonction actuellement remplie par Boindrieux. En 2006, elle était déjà intervenue dans la vente du club à Colony et cette année encore elle a été associée aux négociations lors de l'arrivée des nouveaux actionnaires. A l'issue de la nouvelle donne de l'actionnariat, elle a même été désignée pour siéger au conseil de surveillance. Pendant ce temps-là, le marché des transferts et les recrues potentielles continuent d'attendre le dénouement du feuilleton.

AFP