Marseille Heinze - Champions 2010
Marseille décroche enfin le titre | AFP - GERARD JULIEN

Vers un nouveau sacre olympien ?

Publié le , modifié le

Pour la nouvelle saison à venir, Lyon et Marseille partent avec le statut de favoris pour remporter, une nouvelle fois, le titre. Septuples champions de France, les Lyonnais tenteront de régner de nouveau en maître sur la Ligue 1 tandis que les Marseillais, qui ont réalisé l’an passé le doublé championnat – coupe de la ligue, ne voudront pas s’arrêter en si bon chemin et viseront un deuxième sacre d’affilée. La lutte s’annonce serrée.

A vos marques ? Prêts ? Pour le « partez », il faudra encore attendre quelques jours, jusqu’au 7 août, date à laquelle le championnat ouvrira ses portes. En attendant de voir les deux favoris pour le titre entrer en lisse, les deux olympiques, lyonnais et marseillais, peaufinent leur préparation en vue d’attaquer le mois estival sur les chapeaux de roues. Car dans la course à la victoire finale, tous les points sont bons à prendre et la différence numérique à l’issue de la 38e journée sera très certainement minime entre les deux formations. A moins qu’un invité surprise se mêle à la partie…

Lyon, d’un calme olympien

C’est loin de toute agitation médiatique que les Lyonnais ont préparé leur saison. En toute quiétude. A l’image de l’arrivée de la seule recrue de l’OL à ce jour, l’attaquant Jimmy Briand. Terminant 2e au sortir d’une fin de championnat agitée, la seconde place du podium fait office d’écran de fumée pour une formation lyonnaise qui, depuis la gouvernance de Claude Puel, a vraisemblablement perdu de son allégresse. Et cela s’est ressenti à tout niveau. D’abord sur le terrain. Avec la mise en place d’un système de jeu défensif à un seul attaquant, l’ancien entraîneur lillois a fermé la porte au développement du jeu. Des ballons « casse-pipes » pour Lisandro placé en pointe, des centres déclenchés en grande partie par le gaucher Aly Cissokho n'arrivant pas toujours à bon port… Ajouter au tout, pas très reluisant, quelques largesses défensives. Du coup, les résultats lyonnais ont été en demi-teinte et l’équipe septuple championne de France ne faisait plus aussi peur. Ensuite, les complications sont venues des coulisses. Certains cadres, à l’image de Sidney Govou ou du Brésilien Cris, ont contesté le travail du coach, jugé trop rigide et laissant pas assez de place au jeu. Mais malgré ces différends, Lyon reste une grande équipe. Et un favori pour soulever une nouvelle fois le trophée de champion de l’Hexagone. Jouissant d’un effectif de qualité, les Rhôdaniens devront cette saison se reconstruire et relancer la machine de guerre qu’elle était il y a encore deux ans. Pour franchir un cap en Ligue des Champions ? Ce n’est sûrement pas la priorité. D’abord redevenir maître en ses terres. Ensuite conquérir l’Europe. Voilà le dur labeur auquel devront s’atteler les Lyonnais.

Marseille, toujours dans le coup

Enfin un titre ! Depuis 1993, la disette marseillaise commençait à prendre des allures de pénitence. Mais la lumière du succès a de nouveau rayonné sur la ville phocéenne. Après s’être constitué une véritable armada (pas moins de cinq nouvelles recrues), l’OM a déroulé sa force de frappe au cours de la saison passée pour remporter le sacre suprême. Et ramener en son sein, pour combler un peu plus ses supporters, la coupe de la Ligue. Inutile de dire que les hommes de Didier Deschamps endossent pour le nouvel exercice le statut de prétendant au titre. Et les Olympiens ne s’en cachent pas, à l’image de leur entraîneur : « L’ambition est de pérenniser. Mais on sait tous que confirmer est la chose la plus difficile », a déclaré D.D. Les Marseillais peuvent néanmoins être confiants. A l’exception du départ de Laurent Bonnart? remplacé par le jeune espagnol César Azpilicueta sur le flanc droit de la défense, l’OM a conservé son ossature, et deux de ses éléments clés. Les velléités de départ de Taye Taiwo, que l’on annonçait du côté de l’Atlético Madrid, ont vite été refroidies par Deschamps. Il en a été de même pour le capitaine Mamadou Niang, tenté un temps par une aventure en Premier League. « En ce qui concerne Taiwo et Niang, ma position est claire et ferme : je compte sur eux », a indiqué le technicien phocéen. Mais si Marseille a acquis son statut de grand de Ligue 1, il lui reste tout à prouver en Ligue des Champions. D.D. le sait bien. Il explique. « Je n’empêche pas les gens de rêver, mais à l’heure actuelle un club français ne peut commencer la C1 qu’avec l’ambition d’aller le plus loin possible ». Finir une nouvelle fois à la tête du championnat serait déjà un tour de force.

Par Rayan Ouamara