Vente de l'OM : Ajroudi annonce une "dernière offre", laissant un délai de 10 jours

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Mohamed Ayachi Ajroudi

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'homme d'affaires franco-tunisien Mohamed Ajroudi, prétendant au rachat de l'Olympique de Marseille, a annoncé mercredi avoir transmis une "dernière offre ferme", valable selon lui pour les "dix prochains jours ouvrables", alors que le propriétaire américain Frank McCourt a formellement rejeté toute négociation.

"Mohamed Ayachi Ajroudi et ses partenaires réaffirment avec détermination leur volonté et leur capacité à acquérir l'Olympique de Marseille", écrit dans un communiqué le conseil de l'homme d'affaires, expliquant que son client propose de racheter le club phocéen à son "prix d'acquisition, en reprenant toutes les dettes et dépenses relatives au fonctionnement du club".

"La présente offre est leur dernière offre ferme, valable pour les prochains dix jours ouvrables, sujette à audit des comptes et à la pleine divulgation des engagements et des litiges en cours ou prévisibles en l'état", poursuit Marc Deschenaux, qui représente les intérêts de M. Ajroudi.

Dernier épisode d'un bras de fer ?

L'OM avait cependant indiqué la semaine dernière dans un courrier de réponse à la banque d'affaires Wingate, mandatée par Ajroudi pour négocier le rachat, que "le club n'(était) pas à vendre", que le propriétaire Franck McCourt "ne souhait(ait) pas engager de discussions", et ce "de manière formelle et définitive".

Depuis la fin du mois de juin, les sorties médiatiques du clan acheteur, entre Mohamed Ajroudi et Mourad Boudjellal, l'ex-patron du RC Toulon proposé pour prendre la présidence du club en cas de rachat, se sont multipliées. Ces déclarations ont débouché sur plusieurs démentis des dirigeants de l'OM.

à voir aussi Franck McCourt refuse formellement de négocier avec Ajroudi pour une vente de l'OM ! Franck McCourt refuse formellement de négocier avec Ajroudi pour une vente de l'OM !

Le club a même annoncé le 21 juillet avoir assigné les deux hommes en justice, dénonçant "une campagne de désinformation massive".

AFP