Verratti
Marco Verratti pris dans la tenaille Nantaise | FRANCK FIFE / AFP

Un PSG soporifique vient à bout de Nantes

Publié le , modifié le

Sans être brillant, le PSG s'est offert une victoire importante dans la course au titre face à Nantes (2-0). Angel Di Maria et Jesé ont tous deux inscrits leur premier but de la saison pour permettre aux Parisiens de revenir à hauteur de Monaco et de Nice au sommet de la Ligue 1. Pour Nantes, 16e, la situation se complique un peu plus.

Les supporters parisiens retiendront probablement l'opération comptable, celle de partager le trône de la Ligue 1 avec Monaco et Nice avant le match des Aiglons demain face à Saint-Etienne (20h45). Car si l'on se penche sur le fond, cette victoire étriquée face à Nantes (2-0) est loin d'être rassurante pour les hommes d'Unai Emery. Un but d'Angel Di Maria dès le quart d'heure de jeu et un penalty de Jesé (88e) ont scellé le sort d'un match qui a longtemps sombré dans l'ennui.

Jesé, première

Les publicités d’Orange pour le "12e homme" au bord de la pelouse du Parc des Princes semblaient être un message subliminal. Malgré un onze remanié après les matches internationaux et en prévision du déplacement à l’Emirates mercredi, Hatem Ben Arfa et Jesé venaient encore chauffer le banc alors que Jean-Kévin Augustin prenait place à la pointe du 4-3-3 concocté par Unai Emery. Il faudra finalement un taquet un peu trop appuyé de Bammou sur le corps fragile de Di Maria à la demi-heure de jeu pour voir HBA fouler la pelouse parisienne dès la première mi-temps. Une entrée au moment où la différence avait déjà été faite par le sortant, profitant d’un bon travail de Maxwell puis d’Augustin pour fusiller Riou aux dix mètres (14e). Premier but de la saison et premier coeur avec les mains pour Di Maria, sorti finalement pour une pointe à la cuisse gauche. 

Angel Di Maria
Angel Di Maria


La suite ? Une inspiration de Ben Arfa une minute après son entrée en jeu pour un Augustin décisif mais signalé hors-jeu (37e) avant que Paris ne retombe dans ses travers. Une large possession de balle stérile (73% de possession à la mi-temps pour 3 tirs, autant que le FC Nantes), des créateurs absents et de trop rares moments pour faire vibrer le Parc, mis à part sur cette chiche de Matuidi qui frappe le montant droit de Rémi Riou (54e). Sans un Trapp solide (25e, 42e, 44e) ou avec plus de talent (11e, 73e, 81e, 84e), le PSG aurait même pu connaître une sacrée déconvenue. Il aura fallu finalement une chevauchée salvatrice de Javier Pastore, accroché dans la surface, et un penalty transformé par Jesé pour voir le PSG se mettre enfin à l'abri (88e). Sans briller donc, Paris assure l'essentiel et peut désormais se tourner vers le choc face à Arsenal mercredi.

Mathieu Aellen