Un OM-Rennes au parfum de Liga

Un OM-Rennes au parfum de Liga

Publié le , modifié le

Le stade Vélodrome sera samedi l'hôte des retrouvailles entre Marcelo Bielsa et Philippe Montanier, les anciens coaches de l'Athletic Bilbao et la Real Sociedad. Malgré une forte tempête interne, l'OM s'affirme sous le joug de son nouveau mentor argentin et va tenter de confirmer contre un Stade Rennais qui vient de résister au PSG (1-1).

Entre eux, le courant passe. Si Marcelo Bielsa l'Argentin a parfois du mal à prononcer les noms des équipes que  rencontre l'OM, le nom de Montanier ne lui est pas étranger. Les deux hommes se sont croisés à plusieurs reprises en Liga avec leur équipe basque, respectivement l'Athletic Bilbao et la Real Sociedad. Le coach olympien s'est montré très respectueux envers son homologue français. "Le travail qu'il a fait là-bas démontre que c'est un grand entraîneur, a  estimé Bielsa en conférence de presse. Les intentions d'un entraîneur se  reflètent dans le jeu que développe son équipe. Rennes est une équipe qui manie  bien le ballon et développe un beau jeu de passes". Des qualités qui suffisent pour intimider les Phocéens. 7e de L1, Rennes reste sur quatre résultats probants face au PSG (1-1), à  Saint-Etienne (0-0), contre Evian-Thonon (6-2) et à Caen (0-1). Ancien rennais, Romain Alessandrini aura sans doute livré des informations à son entraîneur. "J'évite toujours qu'un joueur  trahisse son ancien club", assure toutefois Bielsa qui se fiera donc à ses statistiques et à la vidéo dont il use et abuse. "Parfois, on fait jusqu'à trois ou quatre séances vidéo par jour,  individualisées ou collectives, explique ainsi Nicolas Nkoulou. Certaines  séances durent 5 ou 10 minutes, d'autres une demi-heure. Puisque ça marche, je  pense que c'est efficace. On fait des séances vidéo pour préparer le match face à Rennes . D'ici  quelques heures, on saura sur quel pied danser pour aborder ce match",  expliquait encore Nkoulou jeudi, à 48 heures de la rencontre. La vidéo, "cela permet d'analyser les erreurs, les choses bien faites et de  montrer les mouvements que l'on veut faire, les actions qu'on veut inculquer  aux joueurs", souligne Bielsa.

L'OM sur sa lancée

Le vent en poupe, l'OM ne devrait pas changer de visage. Sans aucun blessé ni suspendu, l'équipe pourrait fortement ressembler à celle qui a dominé Evian-Thonon (3-1) il y a une semaine. Le milieu de terrain  Abdelaziz Barrada (quadriceps) et les latéraux Benjamin Mendy (cuisse) et Rod  Fanni (cervicales), se sont entraînés seuls une partie de la semaine mais ont  rejoint le groupe jeudi. "Oui, tout le monde va bien", a assuré Bielsa qui sera  encore privé de sa nouvelle recrue, le Brésilein Doria, toujours pas qualifié  en raison d'un problème administratif. Rennes , de son côté, pourra se souvenir de son succès au Vélodrome la  saison passée (1-0, 30e journée), un match qui avait marqué le virage défensivo-pragmatique de Montanier. Mais pour l'entraîneur rennais, "Marseille, c'est toujours un gros club, un  gros morceau et encore plus avec leurs trois victoires d'affilée qui ont été  probantes tant au niveau des résultats que du contenu, avec beaucoup  d'occasions, beaucoup de possession de balle, donc on voit que l'équipe, après  un petit retard à l'allumage est en train de monter en puissance et peut-être  de postuler au titre de champion". Le technicien breton qui ne sait pas s'il pourra disposer de son ailier  polonais Kamil Grosicki, touché au dos lors de la 2e journée et absent le  week-end dernier contre le PSG, s'attend à "un match difficile". "Il va falloir être déjà extrêmement solide défensivement, prévient-t-il.  On aspire aussi à les embêter au maximum en étant plus performant avec la balle  et avoir plus d'occasions".

Tout sur la 6e journée de L1

Xavier Richard @littletwitman