Un nouvel entraîneur à Lorient dans les prochains jours

Un nouvel entraîneur à Lorient dans les prochains jours

Publié le , modifié le

Selon le président du FC Lorient, Loïc Féry, la nomination d'un nouvel entraîneur à la tête du club n'est plus qu'une "question de jours", même s'il espère régler la question avant le match à Bordeaux samedi prochain. "Le club fera les annonces du nouvel entraîneur, c'est une question de jours, pas une question d'heures", a-t-il déclaré dans les couloirs du Moustoir après le nul concédé par les Merlus contre Montpellier (2-2) pour la 11e journée de Ligue 1.

"L'idée est qu'il y ait un nouvel entraîneur sur le banc pour le match de Bordeaux (samedi prochain)", a-t-il précisé, tout en ajoutant que "la précipitation est souvent l'ennemie du bien". "Vous savez que le FC Lorient n'est pas un club habitué à changer d'entraîneur. On a fait des rencontres intéressantes et on préfère avoir la correction de rencontrer les gens qu'on a choisis de rencontrer et d'avancer avec celui qui, selon ma conviction, aura la plus grande capacité à redonner de la sérénité et à relancer ce groupe", a commenté le dirigeant. Loïc Féry a aussi eu un mot pour Sylvain Ripoll, démis de ses fonctions dimanche après une défaite à Dijon (1-0), après 21 ans au club comme joueur, puis entraîneur adjoint et enfin entraîneur principal depuis 2014.

"C'est un moment délicat pour le club et c'est un moment qui est humainement difficile, car se séparer d'un entraîneur, c'est admettre que dans le football, l'entraîneur est souvent le bouc émissaire de situations où les responsabilités sont beaucoup plus larges, allant des joueurs, jusqu'aux dirigeants et j'ai une pensée pour Sylvain Ripoll qui est un peu le bouc émissaire d'une situation", a admis M.Féry.
Contre Montpellier, également mal classé, Lorient a laissé filer deux précieux points, en se faisant rejoindre de 2-0 après 25 minutes à 2-2 au coup de sifflet final. Les Bretons sont actuellement derniers de la Ligue 1, avec 7 points, mais à trois points seulement du premier non-relégable, Lille.

AFP