Loic Perrin (St-Etienne) et Nolan Roux (Lille)
Loic Perrin (St-Etienne) et Nolan Roux (Lille) à la lutte | AFP - JEFF PACHOUD

Un épilogue à enjeux

Publié le , modifié le

S'il est arrivé quelquefois que la dernière journée de L1 ne soit qu'une formalité alors que les positions étaient déjà acquises, tant pour l'Europe que pour le maintien, ce ne sera pas le cas ce soir lors d'une 38e journée où les enjeux sont réels en haut comme en bas du classement et où certaines décisions se feront peut-être à la différence de buts.

Lyon tient à son podium

Premier enjeu ô combien important, la troisième place synonyme de tour préliminaire de la Ligue des Champions. Depuis que  le PSG a validé son titre attendu de champion de France, et que Marseille a conforté sa 2e place, les outsiders de la saison qui espéraient encore il y a trois journées pouvoir finir deuxièmes, se replient aujourd'hui sur une hypothétique troisième place à laquelle Lyon semble pourtant bien accroché. On voit mal en effet comment l'OL pourrait se faire cueillir à Gerland par une équipe de Rennes qui semble déjà en roue libre et qui n'a gagne qu'un seul match (contre la lanterne rouge Brest) lors de ses treize dernières sorties. A moins que les Bretons aient conscience qu'ils ont un rôle d'arbitre à tenir pour ce dernier rendez-vous.

Malgré tout,  Lyon ne peut pas s'offrir le luxe de calculer et devra absolument  l'emporter pour s'éviter toute mauvaise surprise, quel que soit  le résultat de Saint-Etienne (4e) à Lille (5e), car la différence de buts des  Verts, qui ne comptent que deux points de retard, est largement supérieure à  celle des Lyonnais. Après un an de purgatoire en Europa League, l'enjeu est  crucial pour le club de Jean-Michel Aulas, qui aurait bien besoin des 20  millions d'euros de la Ligue des champions pour redresser des comptes dans le  rouge.

Saint-Etienne et le LOSC en embuscade 

Si Lyon parvient à ses fins, Saint-E tienne pourra toujours se consoler  avec son billet pour l'Europa League, obtenu grâce à sa victoire en Coupe de la  Ligue. Mais ce n'est pour cela que les Verts ne vont pas aller jouer leur chance à fond au Grand Stade de Lille, sachant qu'ils peuvent aussi confirmer une 4e place, qui viendrait ponctuer logiquement une excellente saison (7 défaites seulement,, 2e attaque et 2e défense du championnat derrière Paris) et leur permettrait d'éviter un tour préliminaire en Europa Ligue.

Derrière, Lille aura aussi une carte à abattre, pour la 3e ou à défaut la 4e place. Et les hommes de Puel ne doivent pas se manquer car, en cas de revers face aux Stéphanois, ils seraient sous la menace de Nice. Les Aiglons en déplacement à Ajaccio pourraient en effet, en cas de victoire, venir souffler aux Nordistes une 5e place susceptible d'ouvrir les portes de la C3.  Le seul hic pour les Niçois, c'est de se rendre en Corse face à des Ajacciens qui, certes peuvent se considérer comme sauvés, avec 3 points d'avance mais surtout 7 buts de différence avec Troyes le premier relégable, mais qui auront sans doute à coeur de prendre le petit point qui leur faut et de réussir leur dernière sortie à René-Coty.        

La guerre de Troyes             

Si ce n'est aux dépens d'Ajaccio, Troyes peut malgré tout espérer sauver sa tête en L1 en comptant sur une autre équipe corse pour bénéficier  d'un concours de circonstances favorable, la défaite de Sochaux à Bastia. Ils doivent évidemment aussi, dans le même temps, aller gagenr à Valenciennes.  Troyes, 18e avec trois longueurs de retard sur Sochaux;, occupe en effet la position la plus inconfortable et semble condamné à accompagner malheureusement Nancy et Brest à l'échelon inférieur,  Mais les hommes de Jean-Marc Furlan veulent croire  au miracle dans le Nord, après trois victoires d'affilée. D'autant que Sochaux, de son côté,  n'aura pas la partie facile sur le terrain d'une équipe bastiaise qui, même elle n'a plus rien à jouer, ne lâche jamais ses matches.

La der d'Ancelotti

Pour les autres rencontres  du jour, on suivra avec curiosité le duel entre Evian-Thon et Bordeaux, qui s'offriront une répétition générale et une bataille d'intox à une semaine de leur finale de Coupe de France, une opposition qui pourrait être débridée entre Marseille et Reims au Vélodrome, et un match d'adieu entre les deux premiers condamnés Brest et Nancy, en forme de requiem. 

Enfin, déjà sacré depuis deux semaines, le PSG va expédier les affaires courantes à Lorient. Ce déplacement prend toutefois une résonance particulière depuis  l'annonce par Carlo Ancelotti de sa volonté de quitter le club et de rejoindre le Real Madrid. L'issue du bras de fer engagé avec les dirigeants parisiens  laisse peu de place au doute et le match au Moustoir devrait être le dernier du technicien italien sur un banc de L1 après un an et demi à Paris. Les joueur  du PSG, qui n'ont cessé de proclamer leur attachement à leur entraîneur,  voudront peut-être lui réserver un beau cadeau d'adieu en forme d'ultime succès  et battre dans le même temps le record du nombre de points inscrit par le club sur une saison. 

Christian Grégoire