Le Montpellierain Henri Bedimo
Le défenseur Henri Bedimo et son entraîneur René Girard | AFP - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Un épilogue alléchant

Publié le , modifié le

Sur les vingt clubs engagés, treize auront quelque chose à jouer dimanche lors de la 38e et dernière journée de Ligue 1. De la course au titre à celle de l'Europe, sans oublier une lutte acharnée pour le maintien, tour d'horizon des derniers enjeux d'un championnat qui tarde à livrer ses verdicts.

La bataille du titre

En arrachant une victoire tardive face à Lille (1-0) dimanche dernier, Montpellier s'est ouvert une voie royale vers son premier titre de champion de France. Le club de Loulou Nicollin créé en 1974 débute son ultime rendez-vous de la saison à Auxerre dans la peau d'un champion virtuel. Il suffit d'un match nul aux hommes de René Girard pour faire danser la place de la Comédie et chavirer de bonheur la Paillade. Face à des Bourguignons d'ores et déjà relégués en deuxième division, l'affaire paraît entendue. 

Le PSG, poursuivant des Héraultais, espère pourtant un faux pas de leur part afin de coiffer une couronne nationale qui fuit le club de la capitale depuis 1994. Malgré l'arrivée des Qataris et l'achat de nombreux joueurs supposés marcher sur la Ligue 1 pour la somme de 104 millions d'euros, les protégés de Carlo Ancelotti pointent à trois unités du leader. En déplacement à Lorient, engagé dans la course au maintien, il faudra une victoire pour espérer et ne rien regretter. "C'est vrai que cela fait beaucoup de facteurs mais cette chance existe et on y croit (...) Quoi qu'il arrive, on n'a pas envie d'avoir de regrets" a déclaré le latéral parisien Christophe Jallet.

Une guerre pour l'Europe 

Une seule place pour l'Europe reste à pourvoir. Et elle mène à la Ligue Europa. De par leur victoire dans les coupes nationales, Marseille et Lyon ont pris les deux premiers tickets pour l'an prochain. Lille, certain de terminer sur la dernière marche du podium, disputera le tour préliminaire de la Ligue des champions. La C3 attend donc son dernier représentant français. Il reste trois clubs au coude à coude.

Pour l'instant, Bordeaux mène la danse avec 58 points mais Saint-Etienne et Rennes n'ont qu'un point de retard sur le club du président Triaud. Hasard du calendrier, Stéphanois et Girondins se rencontrent ce dimanche à Geoffroy-Guichard. Un Chaudron qui s'annonce bouillant pour ce match décisif. Les Rennais doivent prier pour que ces deux équipes se neutralisent. Une victoire des hommes de Christophe Galtier sur une faible marge pourrait néanmoins suffire aux Bretons pour revenir à hauteur et récupérer la différence de buts (+ 4 actuellement contre + 5 aux Foréziens), à condition de battre Dijon en lutte pour sa survie dans l'élite, au stade de la Route de Lorient.

La lutte pour le maintien

En bas du classement, huit équipes trembleront vraisemblablement jusqu'au bout pour éviter d'accompagner Auxerre au purgatoire. Dijon, 19ème, est la plus menacée avec 36 points. La victoire est impérative pour les ouailles de Patrice Carteron alors que se profile un déplacement à Rennes qui n'incite guère à l'optimisme, malgré la friabilité des partenaires de Yann M'Vila sur leur pelouse (12ème équipe de L1 à domicile).

Devant les Dijonais, deux unités seulement séparent Valenciennes, 12e avec 40 points, d'Ajaccio, 18e. Les autres équipes concernées sont Nice, Lorient et Sochaux, qui comptent 39 unités, suivis par Brest, Caen et Ajaccio, tous nantis de 38 points. Là aussi, un match vaut de l'or puisque Valenciennes accueille Caen. Quant aux Niçois, ils se rendent à Lyon, diminué par les suspensions de Cris et Gourcuff ainsi que les blessures de Michel Bastos, Ederson et John Mensah. Ironie de l'histoire, les rumeurs font état d'une arrivée possible de Claude Puel, ancien entraîneur de l'OL, sur la Côte d'Azur l'année prochaine. 

Pour sa part, Sochaux reçoit un OM en vacances malgré l'intérêt pour certains joueurs de briller dans l'optique de l'Euro, alors que Brest se rend sur la pelouse d'Evian Thonon Gaillard, dont la saison est plus que réussie (9ème, 50 points). Pour les Ajacciens, revenus de nulle part après un début de saison chaotique, il s'agit de ramener au moins un point du stadium de Toulouse, qui ne peut plus accéder à la Ligue Europa à moins de vaincre avec sept buts d'écart pendant que Bordeaux et Saint-Etienne font match nul. Ces quatre clubs paraissent donc épargnés par rapport à leurs concurrents. Outre Dijon, Lorient accueille des Parisiens qui n'ont d'autres choix que de ramener les trois points du Moustoir. Un épisode final de Ligue 1 en simultané où les calculs n'ont plus de place. Malheur aux perdants.

Jerome Carrere