Un cadeau, quatre prétendants

Un cadeau, quatre prétendants

Publié le , modifié le

La 19e journée de Ligue 1 va décerner le titre honorifique de champion d'automne. Montpellier et Paris, co-leaders, sont les mieux placés, mais les Héraultais vont à Evian-Thonon tandis que les Parisiens se rendent à Saint-Etienne. Deux voyages délicats à négocier. En cas de faux-pas, Lille, qui reçoit Nice, ou Lyon, en déplacement à Valenciennes, pourraient tirer les marrons du feu et s'offrir un beau cadeau de Noël avant la trêve.

C'est toujours la même histoire avec Noël: il y a les cadeaux attendus, les surprises agréables, et les déceptions. Montpellierains et Parisiens se trouvent dans la situation d'attendre avec impatience de découvrir un cadeau qu'ils ont depuis longtemps demandé et espéré, avec une première place qu'ils ont souvent partagée. Le titre de champion d'automne serait une conclusion attendue de leur première partie de championnat. Mais comme Lille et Lyon peuvent rafler le gros lot qu'ils n'espéraient que secrètement, les hommes de René Girard et d'Antoine Kombouaré sont toujours sous la menace d'une désillusion.

Montpellier et Paris tirent la langue

Pour l'éviter, le PSG doit réaliser une grosse performance lors de son déplacement à Geoffroy-Guichard. Or, l'équipe stéphanoise n'a plus perdu depuis six matches, restant même sur quatre victoires lors de ses cinq derniers matches. "Il y a beaucoup d'euphorie et de joie autour du club en ce moment. C'est bien, mais nous devons rester concentrés sur les enjeux. Il faut faire tourner le compteur points. Ce groupe est désormais habitué à ne plus perdre. C'est un bel atout", avoue Christophe Galtier, son entraîneur. Un coup face au mastodonte parisien ? "Tout le monde attend cela", reconnait l'entraîneur, Christophe Galtier. "Mais je ne veux pas mettre plus de pression que cela. Je souhaite simplement qu'on soit généreux." La générosité, le groupe parisien semble en peine d'en trouver en cette fin d'année où ses joyaux (Nenê, Pastore, Menez) accusent le coup. "L'ambiance dans le Chaudron sera chaude. C'est le genre de match qu'on aime et il faudra être solide", avertit Antoine Kombouaré. Le match nul (0-0) concédé dimanche dernier dans le choc au Parc des Princes contre Lille lui a permis de voir des progrès dans son équipe: "Il y a du mieux dans notre jeu, on est plus solidaires, plus disciplinés, on est solides". Il faudra en apporter la preuve face au 5e de Ligue 1.

Pour Montpellier, le voyage à Evian-Thonon pourrait ressembler à un bon bol d'air frais si l'équipe ne semblait pas très fatiguée et si les promus montraient un peu moins de hargne sur le terrain. Vaincus à Valenciennes, auteurs d'un nul à domicile contre Toulouse, les Montpellierains ont, pour la deuxième fois de la saison, enchaîné deux matches sans victoire (la 1ère fois avait eu lieu en septembre-octobre avec une défaite contre Paris et un nul à Bordeaux). Obtenir le titre de champion d'automne ne serait que justice pour un collectif qui est passé de la surprise à la confirmation en quelques semaines. Mais les Savoyards viennent de poser bien des problèmes successivement au TCF et à l'OL, et ces deux défaites les placent dans l'obligation de prendre des points pour ne pas plonger vers la zone de relégation.

Lille et Lyon toujours placés

A Lille, le nul à Paris a remis l'équipe sur le devant de la scène. Sans faire de bruit, le champion de France en titre n'est qu'à deux longueurs des deux co-leaders. Et la venue du relégable niçois représente l'opportunité de faire un peu plus de bruit: "On a 35 points, c'est déjà une très bonne première partie de saison. Si on est capable de faire un grand match et de battre l'OGC Nice, cela deviendra une première partie de saison exceptionnelle", estime Rudi Garcia, le coach lillois. Les Aiglons, 18e malgré leurs deux succès lors des trois derniers matches, savent que leur première victoire à l'extérieure en L1 sera difficile à obtenir: "On va visiter une grande équipe de Lille qui depuis trois ans est au rendez-vous du plus haut niveau. C'est un collectif qui tourne magnifiquement bien et qui n'a pas de faille", estime René Marsiglia, l'entraîneur azuréen qui a porté cinq saisons le maillot du LOSC.

A Lyon aussi, le titre de champion d'automne serait une très belle surprise. Les blessés et les convalescents revenus, le miracle de Zagreb survenu, l'OL a retrouvé sourire et foi en l'avenir, et cette première place passe d'abord par un succès à Valenciennes. Mais pas seulement. "Nous allons tout faire pour ne pas gâcher cette opportunité si elle se présente. Ce qui est important à mes yeux, c'est de rester au plus près de notre objectif qui est le podium", juge Rémi Garde, l'entraîneur. Le problème, c'est que depuis 2008, Lyon est incapable de gagner le dernier match de l'année civile. Et sur les cinq dernières saisons, les Lyonnais ne se sont imposés qu'une fois dans l'antre de VA (pour deux défaites et deux nuls). "Valenciennes, c'est l'équipe qui possède la meilleure défense à domicile, qui vient de faire tomber Montpellier chez elle", souligne Garde. "Ils viennent de perdre à Nice, ils auront donc la volonté de bien finir."

Mais de toute façon, ces quatre équipes ne doivent pas s'inquiéter outre-mesure de ne pas être champion d'automne. Depuis la saison 2000-2001, le leader à Noël ne l'a été à l'issue de la saison qu'à cinq reprises (quatre fois pour Lyon, une fois pour Lille l'an dernier). Mais, à l'exception de Bordeaux en 2001 et 2010, il a toujours fini au moins sur le podium, synonyme la saison suivante de Ligue des champions.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze