PSG
Les joueurs du PSG agglutinés autour de Zlatan Ibrahimovic | AFP - JAVIER GARCIA

Troyes-PSG : le match qui peut offrir aux Parisiens un quatrième titre d'affilée

Publié le , modifié le

Après une qualification pleine d’autorité en quarts de finale de C1, le PSG peut terminer sa semaine avec un quatrième titre de champion de France d’affilée. Il lui suffit de s’imposer sur la pelouse de la lanterne rouge de Ligue 1, Troyes (14h). Une mission dans les cordes des Parisiens qui pourraient, s’ils sont sacrés dimanche, se concentrer sur les Coupes.

La semaine de Paris avait parfaitement débuté avec une qualification méritée après un match maîtrisé à Chelsea. Elle peut se terminer en apothéose avec un quatrième titre de champion de France d’affilée, un sixième au total. On joue la 30e journée et en cas de victoire contre Troyes, le PSG sera champion de France. C’est mathématique : s’il s’impose à Troyes, le PSG comptera 77 points, soit 25 de plus que Monaco, son dauphin qui a ouvert la voie au sacre en faisant match nul contre Reims (2-2). Vingt-cinq points alors qu’il en restera 24 à prendre à partir de lundi… Le compte est bon.

Cette démonstration implacable traduit une réalité que tout le monde entrevoyait en août dernier avant le lancement de la saison : le PSG n’avait pas d’adversaire. Cette suprématie s’est vérifiée, le PSG ne s’inclinant qu’une seule fois à Lyon (1-2, 28e journée). Il reste donc une 24e victoire à aller chercher sur la pelouse de Troyes. Quatre jours après la qualification en quarts, Paris va vouloir surfer sur l’euphorie. "Il faut aller à Troyes confirmer notre qualification européenne qui nous a donné beaucoup de confiance et de moral. J'espère que les joueurs auront bien récupéré, ils ont eu de la fatigue physique mais aussi mentale", a déclaré Laurent Blanc en conférence de presse.

Repas convivial et repos

Après Chelsea, le PSG a surtout cherché à récupérer. Des efforts d’un match couperet de Ligue des champions. Et ses joueurs blessés aussi. Ainsi Marco Verratti, absent à Londres, le sera aussi dans l’Aube. Pour soigner cette pubalgie qu’il traîne, le PSG a contacté l’ancien docteur du Bayern Munich Müller-Wholfahrt. L’Italien, dont le cas a été "bien géré" selon Blanc, a surtout besoin de repos. Les joueurs parisiens en ont pris vendredi pour un déjeuner pratiquement au complet – manquait Serge Aurier non convié –.

Ils se sont sûrement promis de finir au plus vite la basse besogne du quotidien pour se concentrer sur la suite. "Je pense que c'est une très bonne chose car on a atteint notre objectif. Et l'atteindre huit journées avant la fin, c'est une très, très bonne chose, surtout vu le calendrier qui nous attend en avril", a avoué Blanc. Au passage, le PSG établirait un nouveau record de vitesse en étant champion à huit journées de la fin – l’OL en 2006-2007 avait été à cinq journées du terme. Le PSG pourra alors penser à Lorient (demi-finale de coupe de France le 19 avril), à Lille (finale de coupe de la Ligue le 23 avril) et son quart de finale de C1 (aller les 5-6 avril, retour les 12-13 avril).

Rotation

Soucieux de ménager ses troupes, Blanc va faire tourner. Autant une nécessité qu’une obligation. Verratti forfait, Motta suspendu, Matuidi plus qu’incertain, le milieu parisien devrait ressembler à quelque chose comme Pastore-Stambouli-Rabiot. Derrière Van der Wiel et Kurzawa devraient remplacer Marquinhos et Maxwell tandis que devant, Cavani devrait retrouver une place de titulaire. Une main tendue pour l’Uruguayen qui a débuté sur le banc le 8e de finale retour. "Cavani a été dans des périodes meilleures. Il a des états d'âme mais il n'y a pas de souci d'état d'esprit avec lui", a précisé l’entraîneur parisien. Car si Paris s'apprête à être champion pour la sixième fois dans son histoire, il le doit à tout un groupe et pas seulement à son onze-type.

Un seul bémol, les supporters

Finalement la seule mauvaise nouvelle de cette semaine aura été l’interdiction de stade à Troyes pour les supporters parisiens non accompagnés par le club. La raison ? Les "troubles à l’ordre public" constatés lors des déplacements du PSG. "J'aurais aimé qu'il y ait plus de supporteurs à Troyes. Mais il faut analyser l'ensemble de la situation", a souligné Laurent Blanc. Cette moindre présence n’a pas donné envie à l’entraîneur de jouer le nul pour fêter le titre à la maison dimanche prochain lors du choc contre Monaco. "Le meilleur moyen d'avoir l'esprit sportif est de toujours essayer de gagner. On aura cette intention demain (ce dimanche, ndlr). J'espère que les joueurs auront cette mentalité. C'est important de confirmer notre qualification européenne. Elle nous a apporté beaucoup de confiance. Malgré cet horaire inhabituel pour nous, on va tout faire pour gagner ce match et ce titre", a conclu Blanc.