Supporters Nice
Un groupe de supporters niçois | VALERY HACHE / AFP

Tribune fermée: Nice saisit le CNOSF

Publié le , modifié le

L'OGC Nice a annoncé samedi sa décision de contester auprès du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) la fermeture de la tribune Populaire Sud de son stade infligée par la Ligue (LFP) pour des violences survenues lors du match contre Evian/Thonon.

L'autorité disciplinaire de la LFP a mis en instruction jeudi le dossier Nice-Evian/Thonon du 4 avril et imposé la fermeture à titre conservatoire de la Populaire Sud, la tribune la plus chaude de l'Allianz Riviera, pour le match de la 33e journée de Ligue 1 contre le Paris SG le 18 avril. La commission de discipline a jusqu'au 6 mai pour prononcer son verdict définitif, ce qui implique aussi la possibilité d'une sanction non pas pour un match mais pour deux.

Selon un communiqué du club, la commission de discipline de la LFP a  décrété "sa mesure insusceptible d'appel en s'appuyant sur la jurisprudence  administrative.Privé d'appel, le club se retrouve privé de son droit fondamental de se défendre. Si l'OGCN ne tolère aucune forme de violence, il ne supporte pas plus l'injustice. Pour faire valoir ses droits et défendre ses supporters, le club va tout d'abord se tourner vers le CNOSF, un préalable obligatoire", expliquen  les dirigeants niçois dans le communiqué.

Ils s'estiment victimes depuis le début de saison d'un "acharnement  aveugle" qui s'est encore "accentué" en cette fin de semaine par leur impossibilité à contester le huis clos partiel imposé à titre conservatoire.Le club azuréen a déjà été sanctionné depuis août à 3 fermetures du fameux virage, à un huis clos total et à près de 200.000 euros d'amende. L'OGCN juge cette nouvelle sanction "injuste pour des milliers de supporters totalement étrangers" au mouvement de foule ayant impliqué quelque 200 personnes dans les coursives de l'Allianz Riviera en direction de la  tribune présidentielle lors de la rencontre face à Evian/Thonon.

Christian Grégoire