Toulouse espère, Reims plonge

Toulouse espère, Reims plonge

Publié le , modifié le

Toulouse a fait une relative bonne opération parmi les six rencontres de milieu d'après-midi dimanche pour le compte de la 32e journée de L1, dont beaucoup concernaient des équipes de fin de tableau. En s'imposant (1-0) devant Montpellier, le TFC reste certes dans la zone rouge mais à la hauteur du Stade de Reims, battu sur sa pelouse (1-0) par Nice. Mais les positions restent très serrées puisque Lorient a été tenu en échec à Lens (0-0) et Evian-Thonon-Gaillard a perdu (1-0) à domicile devant Lille.

Montpellier rate le coche, le TFC en profite

Si pour Metz et Lens, il sera sans doute très compliqué de s'en sortir, il est en revanche assez difficile de prédire à qui reviendra la maudite dernière place de relégable, après cette journée où bien peu de buts ont été inscrits. Le TFC mal en point depuis plusieurs semaines, a trouvé à bon escient des ressources pour espérer se sortir de cette situation peu enviable, en l'emportant petitement mais de façon très précieuse sur un but de Trejo, devant des Montpelliérains décevants, qui ont du même coup, manqué l'occasion de revenir sur Bordeaux, dans une lutte pour une sixième place qui pourrait être européenne. Lutte à laquelle vient également se mêler Lille, qui s'est imposé à Annecy sur une pénalty de Boufal en fin de match, face à des Evianais qui vont encore, comme depuis les deux dernières saisons, batailler jusqu'à la fin pour tenter de sauver leur peau.

Reims et Evian peuvent trembler

Les Hauts-Savoyards n'ont plus qu'un point d'avance sur Reims, désormais premier non relégable, et qui ne doit qu'à sa différence de buts de devancer Toulouse. Cueillis par les Niçois dès les premières minutes par Benhrama, les Rémois ont semblé manquer de souffle et de capacités de réactions, trop souvent empruntés dans leurs actions. L'éviction de Jean-Luc Vasseur il y a cinq jours, remplacé par son adjoint Olivier Guégan, n'a pas eu l'effet d'électrochoc escompté. Les Azuréens, qui doivent également assurer leur présence dans l'élite ont signé une victoire importante dans cette optique. Ils remontent au 10e rang et semblent tranquilles pour la fin du championnat. Tout comme Rennes qui, en remportant face à Guingamp un derby breton longtemps sans saveur grâce à un but de Toivonen en fin de match, paraît avoir assuré sa place dans la première partie de tableau.  

Enfin, dans le match à ne pas perdre entre Lens et Lorient, personne n'a perdu (0-0). Mais ni les Sang-et-Or, toujours lanternes rouges, ni les Merlus n'ont fait une bonne opération D'ores et déjà, beaucoup se disent que le prochain Lorient-Toulouse risque de valoir très cher.

Réactions:

Dominique Arribagé (entraîneur de Toulouse): " C'est la victoire du courage. On prend trois points super importants. Ce résultat est parfait car on avait comme objectif de recoller et remettre pas mal de monde dans la lutte pour le maintien. Il y a eu beaucoup de souffrance et de bataille en seconde mi-temps. On a été acculé et on n'est pas parvenu à sortir. Il y a eu un petit facteur réussite mais dans ce cas-là on se satisfait largement des trois points. Maintenant on va à Lorient et on sait qu'il faut enchaîner". 

René Girard (entraîneur de Lille) : "Sur l'ensemble du match, je pense que nous avons bien maîtrisé notre sujet. Nous ne pouvons pas dire que cette victoire est heureuse ou chanceuse. Pour l'ETG, évidemment que c'est embêtant de perdre ce match à cause d'un penalty. Nous aurions pu mener au score plus tôt avec cette grosse occasion d'Origi. Mais nous avons pris les trois points donc nous n'allons pas faire la fine bouche. Aujourd'hui, l'Europe est encore loin. Mais si les équipes de devant ne la veulent pas, alors nous essaierons d'aller la chercher."

Claude Puel (entraîneur de Nice) : "Cette victoire fait du bien pour plusieurs raisons: parce que les Rémois sont des concurrents directs et qu'il fallait, au minimum, qu'ils ne puissent pas revenir sur nous, et puis parce que l'on a joué avec beaucoup d'abnégation. Pourtant mes joueurs connaissent encore des moments un peu crispés, et on aurait pu se faire rejoindre, ce qui aurait été très frustrant aujourd'hui. Le maintien n'est pas encore assuré, non, je pense qu'il faudra 44 ou 45 points. Je suis allé demandé à M. Lesage pourquoi il m'avait expulsé, parce qu'en fait, j'étais simplement en train de replacer un joueur. Il m'a dit que j'avais eu 20 minutes un peu trop expressives. C'est la première fois que je suis expulsé depuis que je suis entraîneur, et j'aurais souhaité que ça n'arrive jamais, ou au moins pour une contestation, quelque chose de mérité." (A propos de Souleymane Diawara, placé en détention provisoire dans une affaire présumée d'extorsion depuis mercredi): "Je n'ai pas de nouvelles. J'espère que nous le retrouverons vite à l'entraînement cette semaine."

Christian Grégoire