Martin Braithwaite a participé au festival offensif toulousain contre Angers
Martin Braithwaite a participé au festival offensif toulousain contre Angers | REMY GABALDA / AFP

Toulouse écrase Angers (4-0) et se relance

Publié le , modifié le

Incapable de gagner en 2017, Toulouse a signé une victoire convaincante face à de faibles angevins dimanche lors de la 23e journée (4-0). Avec ses recrues Corentin Jean et Andy Delort déjà décisifs, le TFC reste dans le top 10 et s'éloigne d'une zone rouge dans laquelle s'enfonce Angers, 18e.

A peine arrivées et déjà décisives. Les recrues toulousaines ont frappé fort ce dimanche au Stadium pour ramener Toulouse à la vie. Incapable de gagner et de marquer le moindre but depuis quatre matches, Andy Delort (1 but) et Corentin Jean (1 passe décisive, 1 penalty provoqué) ont largement contribué au réveil toulousain et au large succès des hommes de Pascal Dupraz (4-0). 

Le mercato toulousain a frappé

Rien ne semblait pourtant amorcer un sursaut toulousain dans une première mi-temps marquée par de nombreux déchets techniques de part et d'autres (10 tirs tentés pour seulement 3 cadrés). Il faudra attendre le début du second acte pour voir Toulouse et ses recrues se mettre en action. Bien lancé côté droit par Trejo - excellent cet après-midi -, Corentin Jean trouve Andy Delort au deuxième poteau qui se rappelle au bon souvenir de la Ligue 1 en expédiant l'offrande sous la barre (47e).

Inarrêtable, Corentin Jean provoquait dans la foulée un penalty transformé par Martin Braithwaite (56e). Le break était fait face à des Angevins de plus en plus inquiétants malgré les retours de Famara Diedhiou et Cheikh Ndoye, tous deux de retour de la CAN. Oscar Trejo sur une contre-attaque initiée par... Corentin Jean (69e) puis Ola Toivonen en fin de match (89e) en contre-attaque sont venus donner plus d'ampleur à des Toulousains fringants qui pointent à la 10e place.

Malgré un début de match prometteur, Angers n'a jamais réussi à inquiéter l'arrière-garde toulousaine et retrouve ce soir la zone rouge (18e). La descente aux enfers continuent pour les hommes de Stéphane Moulin qui voient le spectre de la relégation se rapprocher de plus en plus.

Mathieu Aellen