portrait Jean Tigana (Bordeaux)  06 2010
Jean Tigana, entraîneur des Girondins de Bordeaux | AFP - Jean-Pierre Muller

Tigana: "J'ai fini de rêver"

Publié le , modifié le

"J'ai fini de rêver", a déclaré l'entraîneur de Bordeaux Jean Tigana à l'évocation d'un éventuel parcours sans faute de ses hommes d'ici mai, préférant "ne pas se projeter" plus loin que le déplacement à Nancy où il souhaite plus de "détermination, de rigueur et d'investissement".

Q: Il reste dix journées, Bordeaux est-il capable de tout gagner comme en 2009 ?
R: "Pourquoi pas, mais avant de parler des dix matches, il faut parler du premier, Nancy, où cela ne va pas être simple. Contre eux, c'est ou tout bien, ou tout mauvais. Ils font très peu de matches nuls, soit ils gagnent, soit ils perdent (6 victoires, 7 défaites, 1 nul). Cela ne sert à rien de se projeter, j'ai fini de rêver. Le challenge est de gagner le premier match, c'est déjà bien. Après, il y a le second, à domicile (contre Arles-Avignon) et on sait que l'on a beaucoup de mal à domicile".

Q: Le fait que leur entraîneur Pablo Correa ait annoncé son départ en fin de saison peut-il les perturber ?

R: "Au contraire, cela va certainement les décontracter, leur donner plus de motivation pour faire plaisir à leur entraîneur qui est là-bas depuis très longtemps et pour pouvoir bien terminer la saison. Un bon coup de fouet car c'est un départ prévu, intégré et accepté par tout le monde".

Q: Quel Bordeaux souhaitez-vous en Lorraine ?
R: "Ce que je veux c'est plus de détermination, de rigueur, plus d'investissement. C'est un peu notre problème, on n'est pas assez régulier et on n'est pas investi à 100 % tout le temps. Ca dure depuis tellement longtemps, cela doit faire partie aussi du mental. Les titiller ? A quoi ça sert ? Vous pouvez parler cent ans, il n'y a que la concurrence et la compétition qui font qu'on les fait avancer ou pas. S'ils sentent qu'il n'y a pas de concurrence, ils sont tranquilles, vous pouvez leur dire ce que vous voulez".

Q: Sur le plan offensif, allez-vous continuer d'accorder votre confiance à Anthony Modeste ?

R: "Il peut faire beaucoup mieux mais c'est sa première année en L1, il a un potentiel énorme qu'il n'a pas encore atteint, surtout qu'il a le potentiel physique de le faire, d'autres ne l'ont pas. Il faut qu'il se mette plus souvent dans le rouge aux entraînements pour pouvoir passer des caps. Mais on le sait depuis le début de l'année qu'on a un problème offensif et à la trêve malheureusement j'en ai encore perdu quelques-uns (Bellion, Saivet)".

Q: L'un des objectifs de l'opposition à huis clos contre le Gabon (défaite 0-1) était de voir André. Où en est-il ?

R: "André, je ne l'ai pas trouvé très très fringant, j'ai encore 48 heures de réflexion (pour le match de Nancy). Mercredi, on a fait une opposition qui était du même niveau".

Q: A Nancy, vous allez retrouver un synthétique qui ne vous a pas réussi la dernière fois...

R: "Oui, à Lorient (défaite 1-5). Mais quand on a joué à Nancy en coupe de la Ligue, on avait gagné (2-1). On s'est entraîné toute la semaine, on va voir. Le plus difficile a été de réintégrer tous les internationaux qui se sont dispersés".

AFP