Tour de France Thiriez
Frédéric Thiriez | AFP

Thiriez : "Reconquérir les coeurs"

Publié le , modifié le

A quatre jours du lancement du championnat de France 2010-2011, Frédéric Thiriez n'aborde pas sereinement la nouvelle saison après le fiasco des Bleus en Afrique du Sud. Le président de la Ligue de football professionnel explique que tous les acteurs du football professionnel doivent se mobiliser pour "reconquérir les cœurs" car la désaffection du public est déjà, pour lui, une certitude.

Pourquoi redoutez-vous un impact négatif de la débâcle de l'équipe de France en Afrique du Sud sur l'ambiance lors de la reprise du championnat ?
"Ce qui s'est passé en Afrique du Sud est un véritable désastre. Pas seulement sportif car une défaite, ça arrive dans le sport. C'est un désastre moral et en terme d'image, dont les répercussions sont graves et seront graves aussi bien dans le football amateur que dans le football professionnel. Des décisions nécessaires ont été prises vis-à-vis de l'équipe de France, d'autres le seront dans les jours qui viennent. Mais en attendant, il faut absolument que le football français qui a des choses à se faire pardonner, essaie de reconquérir les cœurs."

Quelles sont exactement vos craintes ?
"Ce sont plus que des craintes, ce sont des certitudes ! Je crains un désamour du public vis-à-vis du football après ce qui s'est passé et l'exemple dramatique que nous avons donné au monde entier. Cela peut se traduire par une baisse du nombre de licenciés dans le football amateur, cela peut se traduire par une baisse de la fréquentation dans les stades, une baisse des audiences à la télévision. Donc, il faut d'urgence redresser la barre en essayant de tout faire pour montrer l'exemplarité du football. Il y a deux manières de le faire : donner aux gens du spectacle et montrer un état d'esprit. Le spectacle, ça veut dire l'esprit offensif, l'envie de jouer. N'oublions jamais que le football est un jeu. On l'oublie trop souvent. Il y a une notion d'envie, de plaisir partagé avec ses partenaires et le public. L'état d'esprit, c'est mouiller le maillot, la fidélité à son club et c'est surtout, par dessus tout, le respect du public. Un footballeur ne doit jamais oublier qu'il joue pour son public."

Est-ce que cette reconquête sera longue ?
"Cela peut être long, raison de plus pour s'y mettre tout de suite. On a déjà eu deux succès importants: le titre fantastique des moins de 19 ans aux championnats d'Europe. Les Bleuets, ce sont les Bleus de demain. Ils ont fait souffler un vent de fraîcheur et d'espoir. Et puis, il y a eu cette magnifique réussite qu'a été le Trophée des champions opposant le PSG et l'OM à Tunis devant 58.000 personnes. Les décisions de Laurent Blanc (le nouveau sélectionneur) ont été de très bonnes décisions. Il a été courageux, je le soutiens à 100%. Mais ça ne suffira pas. Il faudra des victoires et montrer dans l'ensemble du football français une belle image, notamment dans le football professionnel, puisqu'il a un devoir d'exemplarité."