Thiago Silva
Thiago Silva. | JEAN MARIE HERVIO / DPPI MEDIA

Thiago Silva, est-ce bien toi ?

Publié le , modifié le

Auteur d'un nouveau but contre son camp face à Sochaux, Thiago Silva, communément considéré comme l'un des tous meilleurs défenseurs au monde, a clairement perdu de son éclat ces dernières semaines.

En cas de défaite ou de nul du PSG chez les Lionceaux, les supporters parisiens avaient leur parade déjà toute trouvée: après tout, si Paris n'est pas champion à Sochaux, ce n'est pas si grave. Autant fêter le titre dans son jardin, le Parc des Princes, le mercredi 7 mai prochain. De ce point de vue, les voeux des fans franciliens ont donc été exaucés. Mais ceux-ci n'ont certainement que très peu goûté à la nouvelle prestation décevante de Thiago Silva, qui poussait à la 56e, un centre détourné de Roudet au fond de ses propres filets. Si l'ensemble de sa performance ce dimanche à Bonal n'a pas été catastrophique, on est clairement en droit d'attendre plus du défenseur le plus cher du monde (près de 50M€). Depuis l'élimination contre Chelsea, en quart de finale de la C1, "o monstro" (le monstre) n'est plus que l'ombre de lui-même. Comment expliquer ce sacré coup de mou ? 

Une succession de pépins physiques

Ce n'est pas la première fois qu'une bourde du capitaine parisien coûte trois points au club de la capitale. L'international auriverde avait déjà joué un mauvais tour à Salvatore Sirigu le 2 février dernier, face à Monaco (1-1). Des gaucheries qui permettent à Thiago Silva d'accéder au statut de "meilleur marqueur csc", ex aequo avec les Rémois Anthony Weber et Aïssa Mandi. Pour autant, les deux "boulettes" du talentueux défenseur central n'empêcheront pas le PSG, qui disposent d'une très confortable avance sur Monaco (8 points à 3 journées de la fin), de remporter le championnat de France. Toujours est-il qu'il évolue présentement bien en deça de ses standards habituels, lui qui a toujours brillé par son sens du placement, son intelligence de jeu et ses tacles impeccables. Une période délicate pour Silva donc, explicable par un enchaînement de "petites" blessures : après une lésion à la cuisse droite en octobre, l'international brésilien s'était blessé à une cheville en février, avant de se fracturer le zygomatique. 

Obsédé par le Mondial ? 

D'ailleurs, le coach parisien a conforté hier la théorie selon laquelle le Mondial truste toutes les pensées de son défenseur: "quand on est sûr d'aller au Mondial, et quand on est capitaine du Brésil, toutes ces blessures font qu'on a un tantinet peur de manquer la coupe du monde", avait déclaré le Président, avant de se perdre un peu dans le sens de ses déclarations : "dans l'inconscient du joueur, ce n'est pas qu'il lève le pied, mais il fait attention à beaucoup de choses". En réalité, c'est exactement comme s'il levait le pied. Moins tranchant dans les duels, il paraît clair que le capitaine du PSG, même s'il a toujours réfuté cette théorie, souhaite se préserver pour la grande messe du football mondial. Une compétition qu'il n'a jamais gagnée. 

Aussi, le manque de compétitivité de la L1 n'encourage pas "le monstre" à se risquer. Depuis l'élimination de la C1, la démotivation globale est latente, et dans les têtes, le championnat de France est certainement déjà gagné depuis longtemps. 

Jean Charbon