Paul Baysse et Thiago Motta en zone mixte
Paul Baysse et Thiago Motta, sourire de façade après Nice-PSG | DR

Thiago Motta "branche" Paul Baysse dans les couloirs après Nice-PSG, Balotelli chambre Paris

Publié le , modifié le

Exclu en toute fin de match pour un coup de tête à Paul Baysse, Thiago Motta s'en est pris au défenseur niçois en zone mixte, devant la presse, après le match. "Ca va le visage ?" a demandé Motta sur un ton caustique à Paul Baysse, qui répondait aux questions devant une forêt de micros. "Oui", a sobrement répondu le défenseur sans un regard pour l'Italo-Brésilien. "J'espère que ça ne va pas rester six mois", a insisté Motta en faisant allusion à la marque de son coup. Et après la rencontre, Mario Balotelli, buteur et "énerveur" de Parisiens sur le terrain, a chambré le PSG sur son compte Instagram.

La tension n'a pas baissé. Durant 90 minutes, elle était très haute sur le terrain. Chaque décision de l'arbitre était contestée. Et à l'issue de la rencontre, marquée par deux cartons rouges côté parisien et par une friction entre cavani et l'entraîneur des Aiglons Lucien Favre, Thiago Motta et Paul Baysse se sont retrouvés devant la presse. Le Parisien, coupable d'un coup de tête sur le défenseur niçois, a alors "branché" son adversaire. Sourire de façade pour tous les deux. 

Après le passage de Paul Baysse, le Parisien a livré sa version des faits. Selon lui, le Niçois "a passé tout le match à provoquer certains joueurs, à mettre la pression à l'arbitre aussi, mais vous avez vu qu'il n'a rien" à la tête, a entamé Motta. Pour lui, le défenseur niçois "a fait un bon théâtre aujourd'hui, on le connaît pour ça aussi, enfin, moi je ne le connais pas, son nom est difficile (à prononcer, ndlr) pour moi". "Moi j'ai essayé tout le match d'aider l'arbitre en calmant mes joueurs", a assuré Motta, toujours très prompt à venir discuter avec l'arbitre.

Au centre de toutes les attentions, Mario Balotelli, premier buteur mais également très utile dans son pressing, a fait feu sur son compte Instagram. Après avoir énormément discuté avec les Parisiens sur le terrain, il a rappelé, après la victoire, que l'Allianz Riviera n'était "pas Paris", contrairement au slogan des supporters parisiens.