Triaud, Tavernost, Sagnol Bordeaux
Jean-Louis Triaud, le président des Girondins, Nicolas de Tavernost, l'actionnaire principal du club et l'entraîneur Willy Sagnol | AFP - MEHDI FEDOUACH

Tavernost garde "confiance en Willy Sagnol"

Publié le , modifié le

Le président de M6 et propriétaire des Girondins de Bordeaux, Nicolas de Tavernost, a redit sa "confiance en l'entraîneur Willy Sagnol", malgré les mauvais résultats du club, seulement 14e de Ligue 1 avant d'affronter Monaco (21h00) en clôture de la 13e journée dimanche.

Avant la rencontre face à Monaco, Nicolas de Tavernost a tenu à clarifier la situation de Willy Sagnol. L'entraîneur girondin n'est pas menacé. "Il n'y a pas de cassure dans le vestiaire (...) nous réitérons notre confiance en l'entraîneur Willy Sagnol" qui est "un grand professionnel" avec une "personnalité forte", a déclaré Nicolas de Tavernost, interrogé par Sud Ouest Dimanche, notamment sur le revers (2-0) en L1 des Girondins à Ajaccio. Revenant également sur l'Europa League et le match nul (1-1) jeudi contre Sion, le patron de M6 juge le match "frustrant pour le score" mais "encourageant parce qu'on a vu une équipe plus motivée et un engagement  collectif qui manquait ces dernières semaines". "Cet engagement et les résultats ne reviendront qu'avec la confiance, ajoute-t-il. Je ne suis pas là pour accabler l'équipe (...) mais pour l'encourager et essayer de comprendre pourquoi d'un seul coup, on s'est mis en vrille." Le patron des Girondins évoque "une spirale négative" depuis la défaite à Nice (1-6, 7e journée): "L'aspect psychologique est absolument déterminant dans la tenue d'une équipe, il faut tout faire pour redonner confiance à un effectif qui a fait ses preuves la saison passée."

Envisage-t-il de recruter au mercato de janvier? "On verra, rien n'est fermé", "aujourd'hui il y a plus un excès de joueurs qu'un manque" et "il y aura certainement des ajustements à faire", répond Nicolas de Tavernost. Enfin, s'agissant des performances financières du club, son propriétaire se félicite de "quelques nouvelles économiques positives": les droits TV revalorisés à 748,5 millions d'euros par an pour la saison prochaine (jusqu'en 2020) et "l'espoir de perspectives encourageantes pour le nouveau stade". Interrogé sur le taux de remplissage décevant de 59,4% en L1, le patron de M6 reconnaît que la "situation n'est satisfaisante pour personne" et qu'elle "doit être rétablie le plus rapidement possible".