Cavani
Cavani déjà décisif | AFP

Succès dans la douleur du PSG

Publié le , modifié le

Il aura fallu attendre la 3e journée de Ligue 1 et les derniers moments de son match contre Nantes pour voir le Paris Saint-Germain remporter sa première victoire de la saison (2-1). Bousculées par des Nantais combatifs, les stars parisiennes ne se sont pas forcément rassurées.

Après avoir concédé deux nuls face à Montpellier (1-1) et Ajaccio (1-1), les hommes de Laurent Blanc sentaient déjà la pression leur peser sur les épaules. Habitué à ce genre de situation, Ibrahimovic se montrait très remuant dans la surface des Canaris. Débutant avec un système défensif à cinq, le FCNA subissait trop le jeu pour pouvoir inquiéter les Parisiens. Ces derniers en profitaient pour dicter leur loi, Ibrahimovic trouvait Cavani dans la profondeur, et l’Uruguayen glissait le ballon entre les jambes de Riou (1-0). Si le duo Ibrahimovic-Cavani n’avait pas encore convaincu, les deux stars du club parisien faisaient taire les dernières critiques. Le Suédois allait même séduire le public de la Beaujoire en enchaînant une feinte de volée et un coup du foulard aux abords de la surface adverse.

Mais les joueurs nantais n’étaient pas plus impressionnés que cela, et rataient à deux reprises l’égalisation juste avant la pause. Bedoya effectuait une belle reprise de volée sauvée par Sirigu, puis une frappe de Bessat -esseulé au point de pénalty- rasait la transversale. Le PSG avait eu chaud, et sentait qu’il allait falloir rapidement creuser l’écart pour ne pas se faire surprendre. Sur un coup franc excentré de Veretout, Alex qui bataillait avec Djilobodji trompait son propre gardien (1-1, 52e). Le public jaune et vert exultait, et les joueurs locaux prenaient confiance.

Vexés, les Parisiens restaient concentrés, et Ibrahimovic servait judicieusement Matuidi qui centrait, Cavani ne pouvait contrôler et laissait filer pour Lucas, ce dernier voyait sa frappe repoussée sur la ligne, mais cette fois, Lavezzi frappait en force et ne laissait aucune chance aux Nantais (1-2, 73e). Laurent Blanc allait encore trembler sur de nouveaux coups de pieds arrêtés du FCNA qui donnaient énormément de mal à la défense parisienne. Finalement, le PSG s’en sortait bien et pouvait savourer son premier succès, mais que ce fut dur.
 

Romain Bonte