Thierry Laurey
Thierry Laurey, l'entraîneur strasbourgeois, aimerait relancer la machine. | AFP

Strasbourg, des espoirs européens à la soupe à la grimace

Publié le , modifié le

Depuis son retour dans l'élite du football français en 2017, Strasbourg s'est bâti la réputation d'équipe poil-à-gratter en Ligue 1. 11e à l'issue de la saison précédente, le club alsacien a vu sa bonne dynamique s'enrayer après son sacre en Coupe de la Ligue fin mars. En ce début d'exercice 2019/20, les joueurs de Thierry Laurey n'ont pas encore trouvé la solution. Ce vendredi face à Nantes, actuellement l'une des meilleures défenses du championnat de France, ils devront résoudre leur problème d'efficacité.

Pour la première fois depuis la saison 2005-2006, Strasbourg pouvait renifler l'odeur d'une campagne européenne début août. Après 14 années de yo-yo entre l'élite française, la deuxième division et le monde amateur, le club alsacien venait d'ajouter une coupe à son armoire à trophées, en l'occurrence la Coupe de la Ligue, point d'orgue d'une saison convaincante, conclue à la 11e place de la Ligue 1. Difficile de rêver meilleur parcours pour un club promu il y a peine deux ans...

Panne et frustration

Mais voilà, le Racing est en panne depuis son titre décroché fin mars contre Guingamp. Les hommes de Thierry Laurey n'ont remporté qu'un seul de leurs 13 derniers matches en Ligue 1 et leurs rêves d'Europe ont été brisés aux portes de l'Europa League le 29 août dernier. Alors qu'ils avaient passé les deux premiers obstacles (le Maccabi Haïfa et le Lokomotiv Plovdiv) et qu'ils viraient en tête face à l'Eintracht Francfort après le match aller (1-0), les Strasbourgeois ont chuté de très haut lors du match retour (0-3), à deux doigts d'intégrer la phase de groupes de la C3.

En Ligue 1, les coéquipiers de Kenny Lala trônent à une médiocre 18e place après 5 journées, avec aucune victoire au compteur. La situation n'est pas idéale avant d'affronter Nantes ce vendredi, parce les Canaris, eux, sont en forme. Après une saison endeuillée par la mort d'Emiliano Sala et conclue par le départ de Vahid Halilhodzic, on aperçoit enfin la lumière. Les Nantais sont actuellement 3e de Ligue 1, en grande partie parce qu'ils ont su garder leur cage inviolée à trois reprises sur les cinq premières rencontres.

Si le statut de favori semble clair, à Nantes on ne veut pas sous-estimer l'adversaire strasbourgeois. "Quand on joue les tours préliminaires de l'Europa League comme ils ont pu le faire, ça plombe un début de saison ou du moins, la préparation. Ils ont déjà joué beaucoup de matches et disputé une rencontre tous les trois jours, ça n'aide pas à récupérer. Je pense que le début de championnat de Strasbourg est plombé par l'Europa League, c'est incontestable", a tenu à souligner Christian Gourcuff en conférence de presse jeudi.

Le dernier succès de Strasbourg en L1, c'était à Nantes

Tenus en échec à domicile par le promu Metz (1-1), muets contre Reims (0-0), contre Rennes (0-2) et contre Paris (0-1) le week-end dernier, les Alsaciens affichent un gros manque d'efficacité. Avec seulement 3 buts marqués sur les cinq premiers matches, Strasbourg a la deuxième pire attaque de Ligue 1 (devant Dijon : 1 but). 13e équipe en nombre de tirs par match (11.4), le club alsacien affiche un taux de possession moyen de 50.3%; des statistiques correctes qui montrent que la base est là. 

"On a moins d’efficacité que l'an passé à une certaine période mais il y a toujours cette envie d’aller de l’avant", a assuré Thierry Laurey en conférence de presse. Reste alors à aiguiser les couteaux pour remettre la machine en route et oublier la frustration d'une campagne européenne écourtée (sans oublier la défaite à la dernière minute la semaine dernière contre Paris après un match cohérent). Les Alsaciens pourront s'appuyer sur leur dernière confrontation avec Nantes, conclue sur une victoire 1-0 à la Beaujoire, le 24 avril dernier. Tout d'abord parce qu'ils avaient mis fin à une série de 7 matches sans victoire contre les Canaris en Ligue 1 mais aussi parce qu'il s'agit de leur dernier succès en Ligue 1 cette année.