Ligue 1 Rennes St-Etienne Theophile-Catherine Ntep 012016
Le Stéphanois Kevin Théophile-Catherine au duel face au Rennais Paul-Georges Ntep | AFP - Jean-François Monier

St-Etienne s'impose petitement à Rennes

Publié le , modifié le

Saint-Etienne l'a emporté petitement (1-0) jeudi à Rennes en match de clôture de la 24e journée de L1, au terme d'une rencontre de bien piètre qualité, entre deux équipes qui ont joué sur un faux-rythme et ont laissé trop de déchets en route pour proposer autre chose. Les Verts qui ne gagnaient plus à l'extérieur ont su rester solides pour assurer le minimum et peuvent s'en contenter. Mais pour eux comme pour les Rennais, ce fut tout de même une partie sans relief.

Ce résultat est finalement tout ce que l'on retiendra de cette rencontre d'une insigne pauvreté technique, entre deux équipes qui affirment avoir encore des ambitions européennes au classement, mais qui au vu de la partition qu'elles ont jouée, paraissent bien loin de pouvoir atteindre ces objectifs. 

Festival d'erreurs techniques

Pour ce qui concerne le contenu, ce fut une bien piètre prestation, surtout en première période avec un combat de milieux de terrain très rugueux, mais très peu inspirés, des duels perdus, un festival de mauvaises passes et de ballons égarés, une sorte de jeu d'échecs auquel il a juste manqué l'essentiel, à savoir l'esprit tactique. Car de tactique, il n'y avait pas, ce match ne fut qu'une suite d'enchaînements mal ajustés, à l'avantage des Verts qui se sont appropriés le ballon, mais ont encore montré leur déficit offsensif criant. S'ils avait parfois à construire un semblant d'attaque qui pouvait prendre forme, les Stéphanois se montraient en effet inefficaces au possible dans la finition. Seul fait à remarquer, une vilaine faute de Mexer sur Monnet-Paquet dans la surface de réparation rennaise, à la 9e minute, qui aurait pu se transformer en pénalty pour les Verts si l'arbitre M.Millot en avait décidé ainsi. Et une  reprise de Lemoine non cadré peu avant la demi-heure de jeu. Côté Rennais, on semblait aux abonnés.

Sall sauve le match

La deuxième ne fut guère plus convaincante. Même si les deux équipes se décidèrent enfin à accélérer, ce qui était bien le moindre après une mi-temps quasi à l'arrêt. Quelques occasions éclairèrent le ciel du Roazhon Park : une frappe de Boa au-dessus de la cage de Ruffier, et une belle frappe de Bahebeck repoussée par Costil. Rennes reprenait un peu de couleurs mais guère plus de talent, perdu dans des erreurs techniques qui ne leur permettait guère d'espérer. Côté Stéphanois, ce n'était pas beaucoup mieux dans la construction, mais au moins les Vertes essayaient. Et cela allait finir enfin par payer après une multitude de coups de pied arrêtés complètement galvaudés. Grâce à une tête du capitaine d'un soir Bayal Sall, sautant plus haut que tout le monde au deuxième poteau, à la récupération d'un coup-franc de Cohade (1-0, 73).

A la suite de ce but, somme toute logique au regard de la possession du ballon, les Rennais tentaient enfin quelques incursions offensives dignes de cette appellation en se créant deux franches occasions: une frappe de Sio non cadré après un bon centre de M'Bengue et une grosse frappe de Grosicki, à la réception d'un autre centre cette fois de Dembele, mais que Florentin Pogba repoussait rageusement devant son gardien. Les Rennais sortaient la tête de l'eau mais un peu tard, après avoir laisser l'essentiel du jeu à des Stéphanois qui, avec plus de talent offensif et de lucidité, auraient pu obtenir un succès plus large sans être une nouvelle fois contraints de trembler jusqu'à la dernière minute.     

Christian Grégoire