Saint-Etienne - Strasbourg
Hernani devance Martin Terrier | Maxppp - Celik Erkul

St-Etienne doit se contenter d'un point contre Strasbourg

Publié le , modifié le

Saint-Etienne n'a pas tout à fait stoppé sa crise de doute en ne faisant pas mieux qu'un match nul (2-2) avec Strasbourg vendredi en match d'ouverture de la 14e journée. Pourtant, loin des prestations indigentes qu'ils ont livrées lors des dernières journées, les Verts ont eu beaucoup d'intentions de jeu, et ont mené deux fois au score, mais ils ont été rejoints à chaque fois sur deux erreurs défensives. Dans le contexte actuel, ils peuvent se contenter de ce petit point, même s'ils devront montrer davantage pour ne pas glisser au classement. Pour Strasbourg, ce point là est un bon point.

Lorsque l'on sait toutes les difficultés qu'ont les Stéphanois depuis un mois à se mettre en confiance et à trouver les filets adverses, on imagine que le nouvau coach Julien Sablé doit l'avoir mauvaise après cette sortie à moitié ratée face à Strasbourg. Certes, les Verts n'ont pas perdu, mais ils on laissé filer une victoire qui leur tendait les bras. Car pour une fois, ils ont pris le match par le bon bout en se projetant vers l'avant, même s'ils n'ont pas gommé toutes les scories de leur jeu, ni leurs imperfections techniques. Mais au moins, il y avait de l'idée. Et  après avoir été récompensés de leu volonté en ouvrant le score sur une volée d'Hernani (41e) - par ailleurs très présent dans l'entre-jeu- ce qui suffisait à débloquer le compteur de la confiance, ils mettaient à bas tous  leurs efforts, sur une grosse faute d'une défense inattentive et statique, sur un ballon cafouillé dans la surface de réparation et que Aholou se chargeait de transformer en but juste avant la pause.

Maladresses et fébrilité

Tout était à refaire. Et les Stéphanois repartaient à l'abordage, mais, échaudés, sans trop toutefois se livrer face à des Strasbourgeois qui ont aussi mis le nez à la fenêtre à plusieurs reprises, pour inquiéter Stéphane Ruffier. Le gardien stéphanois s'est ainsi interposé notamment devant Martin, et Terrier, et a même vu, sur un coup  un ballon frappé par Liénard  et détourné par le mur,  s'écraser sur sa transversale. Mais si les Strasbourgeois pouvaient se contenter de ce résultat nul, ce n'était pas le cas des Stéphanois qui continuaient à contrôler le jeu, au milieu de terrain. mais hélas pour eux, dans la surface adverse, le manque d'attaquants de classe, capables de déverrouiller les situations, se faisait cruellement sentir. Ni Soderlund, ni son remplaçant Diony, aussi maladroits  l'un que l'autre n'ont vraiment pesé. Pourtant, sur une action a priori anodine, Kévin Monnet-Paquet redonnait l'avantage à son équipe en devançant la sortie de Kamara, après plusieurs erreurs des défenseurs strasbourgeois (56e).

Mais ensuite,  encore une fois, les Verts, trop approximatifs et, jusqu'au bout, incapables de profiter des hésitations de la défense alsacienne dans leur pressing de fin de partie, ont affiché trop de fébrilité derrière à l'image du penalty concédé pour une faute grossière de Florentin Pogba sur Bakary Koné et transformé par Jonas Martin (62e). Les dernières montées stéphanoises, poussives et désordonnées ne donnaient rien.... Ils gardaient le ballon -ou du moins ils le perdaient un moins rapidement que d'habitude- mais n'en faisait pas grand chose.

Si ce point suffit pour enrayer un peu la spirale négative dans le Forez, il n'a pas effacé toutes les incertitudes sur le vrai niveau de cette équipe en manque de repère, pour laquelle ce fut encore une fois ô combien laborieux pour construire quelques actions intéressantes. Pour Strasbourg, dans la lutte pour le maintien, un nul à l'extérieur est toujours ça de pris. 

francetv sport @francetvsport