Giovanni Sio
Giovanni Sio célèbre son but | AFP

Sochaux prend le PSG (3-2) au piège

Publié le , modifié le

Sochaux a infligé au PSG sa première défaite en Ligue 1 (3-2) depuis le 1er décembre. Dominés dans le jeu, les Parisiens laissent Lyon, vainqueur de Bordeaux (4-0) dimanche, revenir à trois points.

Sochaux a pris au piège le PSG. Après le coup de force du 8e de finale de Ligue des Champions à Valence (1-2) et avant la très attendue double confrontation contre l'OM, en championnat et en Coupe de France, au Parc des Princes, le club de la Capitale n'a pu entretenir son matelas d'avance sur l'OL, en concédant un revers (3-2) à Bonal dimanche en clôture de la 25e journée de Ligue 1. Carlo Ancelotti espérait sûrement un peu de répit avec ce déplacement dans le Doubs, finalement cette "pause" dans le calendrier surchargé du PSG s'est transformée en traquenard. Car, pour la première fois cette saison, les Parisiens ont encaissé trois buts. Après trois matchs sans victoire, les Lionceaux -impliqués et séduisants dans le jeu- s'assurent un peu de tranquillité en bas de classement.

Ce succès, Sochaux ne l'a pas volé. Méconnaissable, diminué en l'absence de Lucas Moura et Jérémy Ménez -tous deux blessés- le PSG a longtemps été hors du coup. Certes, les hommes de Carlo Ancelotti ont tenu le ballon (60,1% vs. 39,9%) mais ils ont peiné à créer le danger sur le but de Pouplin. Eux, ce sont Javier Pastore, Ezequiel Lavezzi et Zlatan Ibrahimovic - muets pour la première fois à l'extérieur.

Des Lionceaux affamés

Sochaux, tourné résolument vers l'avant, a su monter en puissance. Après avoir concédé l'ouverture du score d'Alex contre le cours du jeu (29e), Sébastien Roudet sur une contre-attaque éclair (36e, 1-1),  Giovanni Sio d'une frappe croisée (55e, 2-1) et Cédric Bakambu à bout portant (84e, 3-2) ont tour à tour montré une force mentale intéressante. Et malgré l'égalisation malheureuse de Roussillon (76e, 2-2), les Lionceaux ont su rebondir. Encourageant pour leur quête de maintien. Paris, lui, sait ce qui lui a fait défaut à Bonal. Il manquait du jus et de l'envie. Voilà ce qu'il faudra pour la réception de l'OM, dimanche prochain. Pas beaucoup plus.

Résultats de Ligue 1

Classement de Ligue 1