Sans briller, le PSG retrouve le goût de la victoire face à Lille

Sans briller, le PSG retrouve le goût de la victoire face à Lille

Publié le , modifié le

Après deux défaites consécutives toutes compétitions confondues, le Paris Saint-Germain a retrouvé le goût de la victoire en s’imposant ce samedi face à Lille (3-1) lors de la 17e journée de Ligue 1. L’essentiel est là pour les joueurs d’Unai Emery qui se sont rassurés malgré une prestation globalement peu emballante.

Paris était en quête de rachat. Invaincu depuis le début de la saison, le club de la capitale a connu une semaine mouvementée après deux défaites face au promu strasbourgeois en championnat et face au Bayern Munich en Ligue des Champions. Deux premiers accrocs qui font tâche dans le début de saison presque parfait du vice-champion de France. Face à Lille, les Parisiens ont relancé la machine en retrouvant le goût de la victoire au terme d’un match peu convaincant, loin de la maîtrise dont ils avaient longtemps fait preuve depuis le début de la saison.

Di Maria et Pastore​ décisifs

Sans Neymar, suspendu, mais avec Angel Di Maria et Javier Pastore (préféré à Julian Draxler) titulaires au coup d’envoi, les habituels chauffeurs de banc pouvaient profiter de l’occasion pour marquer des points dans l’esprit d’Unai Emery. Tous les deux décisifs (un but et une passe décisive pour le premier, un but pour le second), les Argentins ont su se montrer efficaces sans pour autant avoir brillé dans le jeu, notamment dans une première période qui a atteint des sommets d’ennui. Seuls Marco Verratti, maître à jouer côté parisien cet après-midi, et Kylian Mbappé ont su se montrer remuants et se sont logiquement retrouvés à l'origine de l’ouverture du score. Le milieu de poche italien décale Javier Pastore qui trouve Mbappé côté droit. L’attaquant parisien semble hors-jeu mais dépose un caviar sur la tête d’Angel Di Maria venu couper au premier poteau (1-0, 27e). Une éclaircie bienvenue dans une fin d’après-midi bien terne côté parisien, les joueurs d’Unai Emery trouvant la faille sur leur seul tir cadré de la première mi-temps.  

Paris s'est fait peur

Brouillon et peu inspiré, le PSG a eu le mérite de ne pas laisser le doute s’instaurer et de faire le break dès qu’il en a eu l’occasion. Encore une fois, Marco Verratti à la baguette qui gratte haut un ballon dans les pieds d’Amadou avant que Di Maria ne décale Pastore qui termine en force d’une frappe croisée (2-0, 48e). Peu inquiétés par des Lillois combatifs mais limités, les parisiens ont géré sans forcer cette deuxième mi-temps, se laissant aller par moments à quelques éclairs pour réveiller le Parc des Princes. Kylian Mbappé trouvait le poteau lillois (72e) avant qu'Edinson Cavani ne voit sa frappe repoussée par Mike Maignan (88e), quelques secondes après la réduction du score d'Anwar El Ghazi (2-1, 87e). A trop vouloir gérer, le PSG s'est finalement offert une fin de match tendue, ce qui a eu le don d'énerver un Unai Emery très en colère sur son banc de touche.

Lille aura tenté le tout pour le tout pour arracher le point du match nul, le gardien Mike Maignan montant sur l'ultime corner du match finalement repoussé par l'arrière-garde parisienne sur Kylian Mbappé. L'attaquant de 18 ans déposait la défense lilloise pour clore le score dans le but vide (3-1, 90e+2). Pour un match de rachat, le PSG a assuré l’essentiel en s'imposant et s’adjugeant par la même occasion le titre honorifique de champion d’automne. Et c’est probablement tout ce que l’on retiendra.

Mathieu Aellen