Saint-Etienne se lâche enfin mais ne gagne plus

Saint-Etienne se lâche enfin mais ne gagne plus

Publié le , modifié le

Match complètement fou entre St-Etienne et Lens en ouverture de la 24e journée de Ligue 1. Les Verts avaient fait le plus dur en menant 2-0 mais les Nordistes ont mis un gros coup d'accélérateur pour reprendre l'avantage 3-2. Finalement, Erding a redonné un point à son équipe en égalisant à la 83e minute. Ce nul n'arrange ni l'ASSE dans sa course à l'Europe, ni le Racing dans l'optique du maintien.

Décroché du trio de tête après deux matches perdus d'affilée, l'ASSE avait intérêt à vite se reprendre. Surtout avec le retour de flamme de Monaco. La réception du relégable lensois était une occasion idéale de relancer la machine forézienne. La bonne nouvelle, en plus du bon fonctionnement de la pelouse chauffée de Geoffroy-Guichard, c'était que Lens était venu pour jouer sa chance à fond. Cela a produit un match très ouvert avec des occasions de chaque côté. Les Verts croyaient revivre leur première mi-temps à Caen avec des situations dangereuses mais une absence totale de réalisme sur les tentatives de Van Wolfswinkel (2e) ou Hamouma (8e). Un homme n'était pas atteint du syndrome de la maladresse : Landry Nguemo. Le milieu devait rejoindre Lens cet été mais la situation financière des Nordistes avait mis un terme à la promesse de contrat. Arrivé chez les Verts au mercato d'hiver, il ne s'était pas encore mis en évidence. Ironie du sort, c'est face aux Lensois qu'il ouvrait son compteur sur une frappe aux 20 mètres (1-0, 18e). L'ASSE menait mais n'avait aucune marge de manœuvre malgré son statut de meilleure défense de L1. Dans ses buts, Stéphane Ruffier en avait vu de toutes les couleurs depuis le coup d'envoi. Des alertes pour le moment.

Six buts mais des sifflets

Pour "Sainté", le feu passait largement au vert après la pause. Sur un ballon en profondeur, Kantari ne voyait pas le ballon arriver dans son dos. Erding profitait du rebond sur le lensois et de l'effet surprise pour se jouer de lui du portier lensois. Le Turc servait Lemoine qui décalait Mollo seul face au but. Homme en forme de ce début d'année stéphanois, il était au bon endroit pour donner à son équipe un avantage important (2-0, 58e). Pas pour longtemps car Lens réagissait presque dans la foulée. Baysse n'avançait pas sur Touzghar qui ajustait Ruffier d'une superbe frappe au ras du poteau (2-1, 60e). Fort justement, Lens y croyait. L'acharnement nordiste était récompensé par une main involontaire de Théophile-Catherine dans la surface. M.Thual sifflait un penalty que transformait Touzghar sans difficulté (2-2, 70e). Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Sur un contre implacable, Cavaré s'échappait à droite et adressait un bon centre pour Chavarria. Sa reprise trompait Ruffier, abandonné par sa défense (2-3, 76e). Quel renversement dans un Chaudron médusé ! Mais ce n'était pas encore fini. Les Verts avaient des ressources grâce à Erding. Servi aux abords de la surface, il crochetait du droit et frappait du pied gauche dans la lucarne (3-3, 83e). Déçu, le public stéphanois sifflait à la fin du match. C'était pourtant l'un des plus beaux matches de la saison dans le Chaudron.

Déclarations : 

Christophe Galtier (entraîneur de  Saint-Etienne) : "Ce qui est difficile à trouver, ce sont les victoires. Nous pensions avoir fait le plus difficile en menant 2-0, mais non. Nous nous sommes  laissés emporter et Lens, fort logiquement, a su marquer trois fois en un quart  d'heure. Il y a eu des erreurs importantes. En première période, nous avons eu  des situations. Il y a toujours des explications, des raisons. L'effectif est  très affaibli actuellement. Des joueurs qui ont beaucoup joué manquent de  fraîcheur et sur la durée d'un match, cela nous coûte cher. Nous avons su au  moins revenir à 3-3 avec beaucoup de courage et d'engagement. Mais sur un plan  comptable, ce n'est pas une bonne opération, surtout après la défaite à Caen."
   
Antoine Kombouaré (entraîneur de Lens) : "Ce match ressemble beaucoup à ce  que nous faisons en ce moment. Nous sommes capables de bousculer tous nos  adversaires. Nous faisons peur. Nous avons beaucoup de situations. Cela ne  voulait pas sourire jusqu'à présent. Il faut croire que c'était pour les deux  équipes, car Saint-Etienne marque trois buts. Christophe (Galtier) doit aussi  se poser les mêmes questions mis à part que, lorsque vous menez 2-0, il est  très rare de voir l'adversaire revenir au score. Il va dire qu'il a gagné un  point, alors que j'en ai perdu deux. Les joueurs  ont été payés de leurs efforts, mais la grosse déception, c'est d'avoir marqué  trois buts à Saint-Etienne, nous menions 3-2 à 13 minutes de la fin. Le match  aurait dû être plié". 

Xavier Richard @littletwitman