Saint-Etienne
La joie des Stéphanois | PHILIPPE DESMAZES / AFP

Saint-Etienne se joue de Lyon

Publié le , modifié le

Saint-Etienne a remporté le 108e derby de l'histoire en s'imposant 2-1 à Gerland contre Lyon. Erding a ouvert le score (28e) mais Lacazette a égalisé d'une belle reprise (39e). C'est Gradel, tout juste rentré, qui a offert la victoire aux Foréziens (74e). Au classement, les Verts restent 4e à trois longueurs du 3e, Lille (vainqueur 1-0 contre Guingamp), mais ils repoussent l'OL à six points à 7 journées de la fin.

L'ASSE a pris sa revanche du match aller perdu dans le temps additionnel (1-2). Cette victoire maintient les Verts dans la course à la 3e place. Saint-Etienne, qui n'a plus gagné le derby au stade Geoffroy-Guichard depuis le 6 avril 1994 et une victoire 3-0, remporte, en revanche, son second succès à  Gerland après celui obtenu en septembre 2010 pour la 100e édition (0-1).

Le premier quart d’heure ne donnait rien si ce n’est des accrochages entre joueurs. Trémoulinas restait au sol après une intervention en retard sur Tolisso qui lui marchait sur la cheville. Après s’être relevé, le latéral gauche était averti (12e). Deux minutes plus tard, la tension montait encore d’un cran suite à un tacle de Sall sur Gourcuff. Le pire était évité mais l’arbitre demandait aux deux hommes de se calmer.

Les Verts dégainent, les Gones répondent

La première grosse occasion de but arrivait à la 21e minute, pour Saint-Etienne. Suite à un centre venu de la gauche signé Trémoulinas, bien lancé par le remuant Cohade, François Clerc profitait d’un raté de Gonalons pour tirer fort en direction du but, mais Lopes, très prompt, détournait le ballon. 

Trois minutes plus tard, l’OL réagissait sur un tir trop enlevé de Arnold Mvuemba. Mais les Verts restaient les plus dangereux. D’abord à la 27e : sur un long ballon, Brandao prenait sa chance, et son tir dévié par Bedimo obligeait Lopes à une belle parade. Puis dans la minute suivante pour l’ouverture du score : sur un long ballon aérien, Brandao remisait vers Erding au premier poteau. L’attaquant turc devançait Koné pour couper la trajectoire. Le cuir était touché par Lopes mais Koné contrait et marquait contre son camp (0-1).

Lyon n’abdiquait pas pour autant. Les gones parvenaient même à égaliser à six minutes de la pause. Bafétimbi Gomis réussissait un grand numéro : après un contre favorable sur Perrin, l’ancien Stéphanois éliminait Sall d’un grand pont avant d’adresser un centre lobé splendide vers Alexandre Lacazette qui reprenait de volée victorieusement (1-1, 39e). Les deux rivaux regagnaient les vestiaires dos à dos.

Gradel délivre les Verts

Le début de la seconde période était lyonnais. Malbranque lançait Gomis en profondeur mais Ruffier giclait bien et dégageait le ballon (51e). Douze minutes plus tard, les joueurs de Remi Garde réclamaient un penalty : depuis le côté gauche, Briand adressait un centre de l’extérieur contré par la main de Sall, main pas collée au corps sans qu’il y ait vraiment de volonté de toucher le ballon. Monsieur Buquet, l’arbitre, ne bronchait pas.

Saint-Etienne réussissait à reprendre l’avantage à un gros quart d’heure de la fin : entré à la place de Erding juste avant, Gradel lançait Cohade sur le côté droit. L’ancien Bordelais centrait au premier poteau mais Lopes repoussait directement sur Gradel qui avait bien suivi et qui reprenait du pied droit pour faire trembler les filets adverses (1-2, 74e).

L’OL poussait alors très fort pour revenir et manquait l’égalisation à dix minutes du terme. Sur le côté droit, Gomis croisait son tir que Ruffier repoussait sur Briand. L’ancien Rennais échouait de nouveau sur le gardien des Verts, puis Ferri tentait sa chance mais Perrin se sacrifiait en mettant son corps en opposition. Les hommes de Christophe Galtier s’offraient finalement un beau succès chez leur rival.