Roland Romeyer (à gauche) et Bernard Caïazzo, les deux co-présidents de l'AS Saint-Etienne.
Roland Romeyer (à gauche) et Bernard Caïazzo, les deux co-présidents de l'AS Saint-Etienne. | AFP

Saint-Etienne rompt les discussions avec le fonds d'investissement américain au bout de 10 jours

Publié le , modifié le

L'AS Saint-Etienne "a décidé de cesser toute discussion et négociation" avec le fonds d'investissements américain Peak6, a indiqué le club jeudi soir, alors que des discussions exclusives avaient été annoncées il y a dix jours en vue d'un éventuel rachat du club forézien. "Les investissements prévus par Peak6 dans le club ne correspondent pas aux engagements pris de faire de l'ASSE un club pérenne et ambitieux", indique le communiqué des Verts.

Il y a dix jours, l'arrivée d'un fonds d'investissement américain à la tête de Saint-Etienne ressemblait presque à une évidence. Peak6 avait rendu visite au centre d'entraînement du club. Basé à Chicago, ce fonds est actionnaire minoritaire de l'AS Rome (Italie) et de l'AFC Bournemouth (Angleterre), et l'actionnaire majoritaire du club irlandais de Dundalk FC. Il négociait le rachat de l'ASSE, pour un montant non divulgué, avec ses deux dirigeants et principaux actionnaires, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer. Les discussions n'ont donc pas abouti.

"Les investissements prévus par Peak6 dans le club ne correspondent pas aux engagements pris de faire de l'ASSE un club pérenne et ambitieux. Les actionnaires actuels comme le club subissent un préjudice important lié à des engagements non tenus. Leur sentiment est que les valeurs historiques de l'ASSE n'ont pas été respectées", écrit le club français dans un communiqué. Les négociations n'ont pas pu aboutir avant l'échéance fixée au 25 mai. "Pour nous, il y a un vrai problème de bonne foi", a déclaré au journal L'Equipe Bernard Caïazzo, le président du conseil de surveillance de l'ASSE.

Bernard Caïazzo et Roland Romeyer, qui dirigent les Verts depuis 2004, espéraient pourtant mener à bien cette vente. Les deux dirigeants avaient annoncé en décembre leur volonté de céder tout ou partie de leurs parts, sur fond d'usure du pouvoir de Romeyer, entrepreneur de la région de 72 ans, et dans le but de faire progresser les ressources financières de l'AS Saint-Étienne dont le budget annuel plafonne depuis plusieurs saisons autour de 70 millions d'euros.
 

France tv sport @francetvsport