Alexander Soderlund Saint-Etienne
Alexander Soderlund et les Stéphanois jubilent | PHILIPPE DESMAZES / AFP

Saint-Etienne reverdit dans le derby

Publié le , modifié le

Saint-Etienne a remporté le derby face à Lyon (2-0) au terme d'une performance enthousiasmante. Au terme de la 23e journée de Ligue 1, les Verts reviennent à un point des Rhodaniens, qui ont subi une 9e défaite en championnat.

Impossible de reconnaître l'équipe chatiée et piteusement éliminée en Coupe de France la semaine dernière par Auxerre, dernier de ligue 2 (3-0). S'il n'y a avait que quatre "rescapés" de cette mésaventure, l'état d'esprit, lui, était totalement différent. Sachant que Lyon n'aime pas être pressé, les Stéphanois se ruaient à l'attaque dès les premières minutes, là où on attendait plutôt une entame timorée. Coup de poker gagnant pour Galtier : dès la 9e minute, Saivet profitait d'une première erreur de la défense lyonnaise pour prendre à revers celle-ci d'une magnifique passe à contre-pied qui trouvait Monnet Paquet. L'attaquant des Verts ne se posait pas de question et frappait en force entre les jambes de Lopes (1-0, 9e). Le Chaudron, déjà porté à ébullition avant le coup d'envoi, débordait de bonheur.

L'OL, qui avait curieusement choisi de se passer de Valbuena, au détriment de Depay, aurait pu raccrocher le bon wagon si la tête de Tolisso, servie par un centre parfait de Fekir, n'avait pas trouvé la barre de Moulin, toujours remplaçant de Ruffier, blessé (13e). Le sort venait de choisir son camp, le vert. Quelques minutes plus tard, Hamouma prenait la profondeur et la défense lyonnaise de vitesse. D'un crochet extérieur il effaçait Lopes sorti à sa rencontre en dehors de la surface et parvenait à redresser sa course pour marquer dans le but vide (2-0, 22e). Le jeu plus direct des Foreziens venait de frapper. Lyon, et sa possession de balle n'y pouvait déjà plus rien. 

Lyon perd ses nerfs et ses espoirs

En seconde période, l'OL n'allait pas se montrer plus dangereux et l'entrée en jeu de Valbuena (65e), son homme en forme de ces dernières semaines, ne changeait pas la donne. Saint-Etienne buvait du petit lait. Gérant parfaitement leur avantage grâce à une cohésion retrouvée, les locaux jugulaient parfaitement l'ennemi intime, à la grande joie d'un public de Geoffroy-Guichard aux anges comme rarement cette saison. Cerise sur le gâteau pour le public, les exclusions dans les dernières minutes de Ghezzal et Tolisso, totalement dépassés pa la tournure des évènements. Grâce à ce succès, leurs protégés consolident leur cinquième place et ne pointent plus qu'à une longueur des Rhodaniens justement. Pour ces derniers, le coup est dur. En s'inclinant contre leur pire rival, ils perdent également leur dernier espoir de rejoindre le trio de tête. Quel est le pire ? 

Julien Lamotte