Saint-Etienne-Lyon, un derby chargé d'histoires

Saint-Etienne-Lyon, un derby chargé d'histoires

Publié le , modifié le

Après PSG-OM, Saint-Etienne-Olympique Lyonnais est le derby le plus important de l’année. Les Verts reçoivent les Gones ce dimanche à 21h. La rivalité entre ces deux clubs dépasse le simple cadre du terrain, et regorge d'histoires qui ont fait sa légende.

Voir la fiche de match entre Saint-Etienne et Lyon

Une histoire de région​

Un derby est aussi une histoire de géographie. Lyon et Saint-Etienne ne sont qu’à une soixantaine de kilomètres l’une de l’autre, et se disputent le titre de meilleur club de la région Rhône-Alpes. Cette proximité renvoyait également, pendant les années 70, au cliché du club des ouvriers (Saint-Etienne), contre celui des bourgeois (Lyon). De la cité industrielle, minière en crise, face à la nouvelle ville qui grandit vite et bien. Si ces stéréotypes ont bien changé, ce sont aussi ceux qui ont forgé cette légende entre ces deux clubs.

62 kilomètres séparent Lyon de Saint-Etienne.

Une histoire de supporters​

Le match a également lieu dans les tribunes, entre les supporters. De nombreux débordements ont déjà éclaté. Comme par exemple en 2000, quand certains ultras lyonnais avaient écrit sur une banderole : "Les Gones inventaient le cinéma pendant que vos pères crevaient dans les mines". Sept ans plus tard, les rancoeurs n’étaient pas ravalées puisqu’à nouveau les supporters lyonnais brandissaient un message injurieux à l’encontre de leurs acolytes : "Stéphanois, ordures consanguines !"

La saison dernière, les deux derbys se sont déroulés sans supporters venus de l’extérieur. La préfecture de la Loire a, en novembre 2013, interdit le déplacement des fans des Gones jusqu’au Stade Geoffrey Guichard. Ce match, malgré cette interdiction, avait été marqué par les débordements, puisque l’entraîneur des gardiens de l’OL, Joël Bats, avait accroché une écharpe de son club dans le but qui était face aux Green Angels, l’un des tifos stéphanois les plus influents. Avant même le début de la rencontre, certains spectateurs s'étaient engouffrés sur le terrain pour tenter de décrocher cette fameuse écharpe. En mars, pour le match retour, les supporters des Verts n’ont pas pu non plus se rendre à Gerland  pour soutenir leur équipe.

Une histoire de palmarès et résultats​

L’ASSE est un mythe des années 70, qui a remporté pas moins de dix titres de champion de Ligue 1 de 1957 à 1981. L’OL représente le deuxième millénaire, avec ses sept titres consécutifs. Tous deux ont dominé le football français à des époques différentes, et peinent malgré tout à gagner des titres depuis l’émergence du PSG et le renouveau de l’OM. Lyon n’a plus gagné depuis la saison 2012-2013 et le Trophée des Champions. Sur cette même saison, Saint-Etienne remportait également son dernier trophée, à savoir la Coupe de la Ligue. Néanmoins leur régularité en championnat les place et qualifie presque chaque année pour la Ligue des Champions et/ou la Coupe d’Europe UEFA.

Des palmarès quasi-similaires |Create infographics

Cette saison, les deux clubs se suivent de près. Lyon est troisième avec 27 points et reste au contact de l'OM et du PSG. Saint-Etienne est sixième, avec seulement quatre points de retard sur son voisin rhônalpin, et donc sur le podium du championnat. Les deux équipes comptent le même nombre de défaites (trois) mais les Lyonnais ont été plus efficaces en cette première partie de saison (27 buts marqués contre 13 pour les Stéphanois). Alors que la rencontre n'est prévue que dimanche, le match a déjà commencé. En début de semaine, le président de l'OL Jean-Michel Aulas a annoncé que la confrontation face à Bastia était "un petit entraînement pour la rencontre qui vient dimanche et qui sera aussi un match d'hommes". 

En 48 rencontres, les deux équipes auront fait 12 matches nuls. Saint-Etienne l'a emporté 23 fois, contre 13 pour Lyon. Mais toutes les statistiques ne plaident pas en la faveur des Verts, qui n'ont plus battu l'OL à Geoffroy Guichard depuis maintenant 20 ans. L'ASSE espère tout de même renverser le cours de l'histoire...

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou