ASSE
Le chaudron est prêt à bouillir pour le derby, dimanche | PHILIPPE DESMAZES / AFP

Saint-Etienne-Lyon : moyens de sécurité renforcés à Geoffroy-Guichard

Publié le , modifié le

Des moyens cinq à six fois supérieurs que pour une rencontre normale, des escadrons de gendarmes mobiles et des compagnies de CRS mobilisés : la préfecture de la Loire a renforcé son dispositif de sécurité en vue du match de la 15e journée de Ligue 1, Saint-Etienne-Lyon, dimanche au stade Geoffroy-Guichard.

600 supporteurs de l'Olympique lyonnais ont été autorisés par la Ligue de football professionnel (LFP) à venir dans le Chaudron ainsi que 150 VIP, lesquels ne seront pas installés dans l'espace "visiteurs". "L'OL organise un déplacement de onze autocars encadrés par des stadiers du  club. Une escorte policière les accompagnera du stade de Gerland au stade Geoffroy-Guichard et le dispositif est reconduit pour le retour", a expliqué vendredi à l'AFP, Patrick Vieillescazes, sous-préfet, directeur de cabinet de la préfète de la Loire, évoquant également "des moyens aériens, un hélicoptère qui surveillera l'acheminement du convoi à l'aller comme au retour". "Tout cela se fait en coordination entre la Loire et le Rhône avec des renforts zonaux importants", poursuit-il sans vouloir préciser le nombre exact d'hommes mobilisés.

Des moyens terrestres avec notamment deux véhicules lanceurs d'eau seront disposés autour du stade à des endroits stratégiques afin de contenir d'éventuels mouvements de foule importants. "Nous avons mobilisé une grande partie de la DDSP 42 (Direction départementale de la sécurité publique de la Loire, ndlr), des policiers et des gendarmes", ajoute-t-il. Selon l'arrêté pris par la préfecture de la Loire, le stationnement est interdit, tout comme la circulation de personnes se prévalant de la qualité de supporteur de l'Olympique lyonnais aux abords du stade, à l'exception des supporteurs autorisés et des VIP accompagnant l'OL. "Nous voulons qu'il n'y ait pas de supporteurs non autorisés s'approchant du périmètre de sécurité", conclut Patrick Vieillescazes.

AFP