Saint-Etienne lamine Nancy

Saint-Etienne lamine Nancy

Publié le , modifié le

Grâce notamment à un doublé de Brandao, Saint-Etienne a corrigé Nancy lors du match avancé de la 8e journée de Ligue 1 (4-0). Les Verts, qui menaient déjà 3-0 après 25 minutes de jeu, ont tranquillement déroulé face à des Lorrains complètement dépassés qui subissent-là leur sixième défaite de rang.

La mine déconfite de Jean Fernandez, accablé sur le banc nancéien, valait plus que tous les discours. Les mots, dans ces cas-là, sont inutiles. Les chiffres, eux, sont impitoyables. L'ASNL a encaissé à Geoffroy-Guichard sa sixième défaite de rang (plus une en Coupe de la Ligue) et n'a plus trouvé le chemin des filets depuis 595 minutes de jeu ! C'est la pire série dans l'histoire du club lorrain. Et il ne fallait pas compter sur ces Verts-là pour s’apitoyer sur leur sort. A la recherche de leur carburation de début de saison, les Stéphanois ont régalé leur public en offrant un festival offensif. Certes, l'opposition était faiblarde mais l'association Brandao-Aubameyang, à la pointe de l'attaque de l'ASSE, mérite d'être revue. 

Le supplice de Gregorini

Le Brésilien était le premier, dès la septième minute, à semoncer la défense nancéienne mais son coup de tête ne trouvait pas le cadre. Dans la foulée, les Lorrains ripostaient par Moukandjo mais ce dernier butait sur le poteau. A quelques centimètres près, le sort du match aurait certainement été différent. Car, quelques secondes plus tard, Brandao ne laissait pas passer sa seconde opportunité. A la réception d'un centre de Brisson, l'ex-attaquant de Marseille ouvrait son compteur but en championnat pour sa nouvelle équipe (1-0, 9e). Dès lors, la lame verte fondait sur une défense de Nancy indigente de passivité et de lenteur. Hamouma (19e) et de nouveau Brandao (21e), tous les deux de la tête, se chargeaient de mettre leurs coéquipiers à l'abri. Et la curée n'était pas encore terminée puisqu'Aubameyang, d'un petit ballon piqué, achevait d'écœurer le malheureux Gregorini (4-0, 25e). Le match déjà plié, les Stéphanois n'avaient plus qu'à gérer tranquillement, se fendant de quelques raids dangereux sur la surface de l'ASNL, tel ce déboulé de Guilavogui qui se terminait par une frappe sur le poteau juste avant la pause.

La seconde période, simple formalité pour les Verts, véritable corvée pour leurs adversaire, permettait à Galtier de faire tourner son effectif et à Jean Fernandez de tenter quelques coups de poker. Sans influence directe sur le déroulement du match. Nancy buvait même le calice jusqu'à la lie avec cette expulsion de Zenke, coupable d'une semelle sur Ghoulam (68e). Magnanimes, les partenaires de Ruffier ne profitaient pas de leur supériorité numérique pour alourdir la marque. Grâce à ce succès, Saint-Etienne remonte provisoirement à la 7e place du classement tandis que Nancy poursuit sa chute sans fin et pourrait même occuper la dernière position en cas de succès de Troyes face à Bastia samedi.

Déclarations :

Christophe Galtier (entraîneur de Saint-Etienne) : "Nous avons gagné en 25 minutes, mais, avant cela, Nancy aurait pu nous mettre en difficulté avec une très belle occasion d'entrée. Par rapport à nos dernières sorties au cours desquelles il nous manquait le geste final, nous avons été efficaces sur la première demi-heure. Après, le match n'a plus le même sens, même s'il fallait rester concentré et que notre cage reste inviolée. C'est toujours intéressant pour la différence de buts. Il fallait évacuer le sentiment de frustration que nous avons eu sur les derniers matches. L'animation offensive a bien fonctionné. Les uns ont travaillé pour les autres. A la mi-temps, j'ai demandé d'être intelligent par rapport aux avertissements, d'essayer de continuer à jouer pour marquer mais aussi de gérer les efforts par rapport à certains joueurs qui étaient diminués physiquement".

Jean Fernandez (entraîneur de Nancy) : "C'était difficile. Quand on prend trois buts comme nous les avons pris en début de partie, c'est délicat. Nous avons tiré sur le poteau d'entrée et ensuite Saint-Etienne a ouvert la marque. Nous avons été complètement dépassés par l'équipe stéphanoise en première période, aussi bien dans le jeu aérien que dans la vitesse. Il n'y a pas grand chose à dire. Cette première période a été un cauchemar et il faut oublier cette rencontre. Cette série de défaites avec des buts encaissés, très peu de buts marqués, cela commence à faire beaucoup psychologiquement. C'est difficile pour les joueurs qui sont les plus touchés ce soir. Il faut continuer à travailler. Il faut préparer le prochain match à domicile qui sera très important. Il faut garder espoir même si ce soir, il n'y a pas grand chose de positif. Les choses peuvent aussi aller très vite. Il faut garder confiance pour nous en sortir".

Julien Lamotte