Saint-Etienne - Julien Sablé : "Le lot des équipes fébriles"

Saint-Etienne - Julien Sablé : "Le lot des équipes fébriles"

Publié le , modifié le

Après le match nul (1-1) concédé dimanche à Geoffroy-Guichard contre Nantes, l'entraîneur de Saint-Etienne Julien Sablé a estimé que son équipe avait été déstabilisée par la sortie sur blessure de son capitaine Loïc Perrin : "c'est le lot des équipes fébriles, un grain de sable vient enrayer la machine", a-t-il analysé.

Quel est votre sentiment sur ce nouveau résultat nul ?
Julien Sablé : "Nous avons vécu deux matches. Une très bonne première période avec des choses que nous avions mises en place tactiquement et qui ont mis à mal le système des Nantais. Nous avons mis beaucoup d'intensité. Nous nous sommes créé des situations. Nous avons marqué un superbe but et nous avons été solides. En seconde période, c'est le lot des équipes fébriles : un grain de sable vient enrayer la machine. Nous avons perdu un joueur (le défenseur et capitaine Loïc Perrin, touché à une cuisse, ndlr). On a senti que cela avait crispé un peu tout le monde. Il faut tirer un coup de chapeau à Nantes qui a mis beaucoup d'intensité, du jeu direct et qui a changé son système. Nous avons perdu trois points si l'on regarde la première période mais nous en gagnons un sur la seconde grâce à notre excellent gardien".

Est-ce que le mal est profond ?
J.S. : "Il faut tirer du positif. Cela faisait longtemps que Saint-Etienne n'avait pas joué avec autant d'intensité, autant d'intention de jeu vers l'avant. On sent que nous sommes fragiles. Nous n'avons pas réussi à tenir sous les coups de boutoirs de Nantes. On va se satisfaire de ce point. On en gagne un à la fin. Encore une fois, les joueurs donnent tout, ne lâchent rien. L'état d'esprit est bon. Nous allons faire le dos rond jusqu'à Noël. Nous allons panser les plaies après les trois matches en huit jours qui ont laissé des traces".

Comment expliquez vous que votre équipe ait reculé après la mi-temps, avant même d'avoir concédé l'égalisation ?
J.S. : "C'est déjà la qualité de l'adversaire qui a également changé de système avec deux attaquants au lieu d'un avec un jeune plus rapide. Sala a plus fixé la défense et cela nous a gênés pour sortir le ballon aussi bien qu'avant la mi-temps. Et puis il y a de la fébrilité. On s'accroche à ce but d'avance et ensuite il y a tout qui nous lâche, une blessure, un changement dans la précipitation et on prend un but dans la foulée. La seconde période correspond à la fébrilité du moment mais je retiendrai la première. Nous sommes dans un moment difficile. Nous avons encore des points à prendre sur les trois prochaines journées. Nous voulions gagner contre Nantes. Le match qui arrive à Marseille est un beau challenge à relever".

AFP