Willy Sagnol Bordeaux
L'entraîneur des Girondins de Bordeaux Willy Sagnol au coeur de la tempête | AFP - MEHDI FEDOUACH

Sagnol s'insurge de la polémique, Thuram et SOS Racisme s'en émeuvent

Publié le , modifié le

Willy Sagnol a déclenché une levée de boucliers avec ses propos révélés par la mise en ligne d'une vidéo sur le site du quotidien Sud-Ouest. L'entraîneur de Bordeaux y tient des paroles sur les joueurs africains que certains, dont Lilian Thuram, SOS Racisme et la LICRA, ont pris pour du racisme. Le technicien, lui, a exprimé sa colère suite à cette mauvaise interprétation.

Partenaires en Bleu lors du Mondial 2006, Lilian Thuram et Willy Sagnol partageaient alors le même maillot et le même goût pour le travail défensif. Depuis mardi soir, les deux hommes se retrouvent sous le feu de l'actualité, car l'entraîneur de Bordeaux a allumé la mèche. Sans le vouloir. Ses propos relayés par le site internet du quotidien Sud-Ouest ont choqué. Il y dit d'abord que tant qu'il restera "entraîneur du club, il y aura beaucoup moins de joueurs africains qui rejoindront les rangs des Girondins de Bordeaux, parce que (il n'a) pas envie de (se) retrouver avec 12 joueurs qui une fois tous les deux ans se +barrent+ pendant deux mois". La faute à la CAN qui mobilise les joueurs africains des différents championnats au début de chaque année impaire. La suite du contenu de la vidéo n'a pas arrangé les affaires de Sagnol qui juge ensuite que "l'avantage du joueur typique africain, c'est qu'il est pas cher quand on le prend, c'est un joueur qui est prêt au combat généralement, qu'on peut qualifier de puissant sur un  terrain". "Mais le foot, ce n'est pas que ça. Le foot c'est aussi de la technique, de l'intelligence, de la discipline, il faut de tout. Des Nordiques aussi. C'est bien les Nordiques, ils ont une bonne mentalité", ajoute l'ancien joueur du Bayern Munich. Il n'en fallait pas plus pour mettre le feu aux poudres.

Le précédent Blanc

Cette polémique rappelle évidemment celle qui avait ébranlé la Fédération Française de Football en avril 2011 après la publication par Mediapart d'une réunion à laquelle participait le sélectionneur de l'époque, Laurent Blanc. De là, naissait l'affaire dîte des "quotas". Le  30 avril, le site d'informations diffusait le verbatim d'une réunion de la  Direction technique (DTN) sur le cas des bi-nationaux, enregistrée le 8  novembre 2010, à l'insu des participants. Blanc y prononçait deux phrases qui  firent scandale: "Qu'est-ce qu'il y a actuellement comme grands, costauds,  puissants? Les blacks", et "les Espagnols, ils m'ont dit: +Nous, on n'a pas de  problème. Nous, des blacks, on n'en a pas+". Le sélectionneur, qui avait  présenté ses excuses, fut finalement dédouané après enquête fédérale et  ministérielle. Meurtri et soumis à une pression médiatique intense, Blanc avait "songé à démissionner" comme il l'avait confié plus tard à l'AFP. Déjà à l'époque, les réactions et les critiques avaient surgi un peu partout. 

Thuram surpris, la LICRA et SOS Racisme montent au front

Connu pour ses combats antiracistes, Lilian Thuram, son partenaire de la défense des Bleus lors de la finale du Mondial-2006, s'est dit "surpris et déçu" sur Europe 1. "Ca me surprend effectivement, parce qu'il n'a jamais tenu ces propos avant", explique "Tutu", avant d'ajouter: "Malheureusement, il y a toujours eu des préjugés sur les personnes venant d'Afrique, les personnes qui sont noires; on les enferme toujours dans leur force et on nie chez eux une certaine intelligence. Ces propos, ça conforte ces préjugés-là". SOS Racisme a aussi dénoncé dans un communiqué les propos de Sagnol, qui "renvoient à une expression décomplexée du racisme anti-noir", et a fustigé  "l'association crasse des +Noirs+ et des +Nordiques+ respectivement aux registres du physique et de l'intelligence".

SOS Racisme demande "que les instances - FFF, LFP et Ministère des Sports - prennent des sanctions immédiates à la hauteur de la gravité de tels propos" et "étudie la possibilité de déposer une plainte dans les jours qui viennent". L'antenne bordelaise de la Ligue internationale contre le racisme et  l'antisémistisme (LICRA) a annoncé "mettre un terme unilatéralement au  partenariat qui la lie aux Girondins de Bordeaux" et "étudie la possibilité d'une plainte pénale contre Willy Sagnol", dont elle considère que les propos "révèlent un racisme ordinaire et banalisé dans le football". Dans des propos rapportés par Le Parisien mercredi, le président de la  Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, assure que "Willy (Sagnol) est quelqu'un qui a toujours donné une image exemplaire du football français" et que "tout au plus peut-on le taxer de maladresse". 

Le tweet de SOS Racisme

Les Girondins et Sagnol en défense

Face à cette montée des réactions et l'ampleur de la polémique, les Girondins de Bordeaux n'ont pas tardé à réagir. Le club a publié un communiqué sur son site internet dans lequel il assure prendre "connaissance avec stupeur et indignation de la polémique née de propos tenus par Willy Sagnol". Selon le club, c'est l'interprétation de ces propos qui pose problème, elle "semble plus tenir de réactions épidermiques et malveillantes que d’une analyse objective des mots prononcés par Willy Sagnol". Pour se défendre, il cite également Lamine Sané, international sénégalais, promu capitaine par Willy Sagnol cette saison, "ce qui démontre la mauvaise foi de ceux qui interprètent les propos de notre entraîneur". Le technicien, lui, "éprouve un sentiment d’incrédulité et de colère face à l’interprétation erronée et raccourcie de ses propos", toujours selon le communiqué. Il a d'ailleurs reçu le soutien des journalistes de Sud-Ouest et de son président Jean-Louis Triaud.

Le tweet des Girondins de Bordeaux

francetv sport @francetvsport