Garcia OM
Rudi Garcia espère enchaîner un troisième succès consécutif, en coupe cette fois. | AFP / BERTRAND LANGLOIS

Rudi Garcia : "une deuxième période aboutie"

Publié le , modifié le

La troisième victoire d'affilée en Ligue 1 contre Lille (2-0) permet à Marseille de voguer "sur des eaux un peu plus bleues", a salué dimanche son entraîneur, Rudi Garcia, tout en évitant de "s'enflammer".

Surmonter une première période moyenne est-il le meilleur signe des progrès de votre équipe?

Rudi Garcia : "Ce sont surtout vingt premières minutes très moyennes, dues au fait qu'on était battu dans les duels, qu'on perdait trop vite le ballon. On n'a pas su répondre à l'organisation au milieu de terrain du Losc. On a été mieux quand on a su tenir le ballon, on a su prendre le match en main et passer en 4-2-3-1, avec Maxime Lopez plus haut. J'ai bien aimé la deuxième partie de la première période et on a fait une deuxième période aboutie. On marque deux jolis buts, on affiche de la confiance, de la fluidité, l'équipe a pris du plaisir et fait plaisir aux supporters. Elle a réussi la passe de trois, c'était l'objectif."

Est-ce que vous reparlez de Ligue des champions?

R.G. : "On ne peut pas dire ça aujourd'hui, alors qu'il y a quatre semaines on disait que ce groupe était mal classé et qu'on n'y arriverait pas. On ne va pas s'enflammer, on va tout faire pour obtenir un bon résultat à Bastia (mercredi, ndlr) pour être sûr d'être 6e à la trêve. Mais 10 points sur 12, c'est mieux pour la confiance. Nous vous laissons, vous journalistes, être dans l'immédiat, nous on analyse dans la durée. On n'était pas inquiet il y a quatre journées, il n'y a rien de fait maintenant, regardez le classement. Nous avons donné une bonne réponse, mais elle ne nous a mené qu'à la 6e place à la 18e journée."

Savez-vous que vous battez un petit record, avec la contribution de l'ancien entraîneur Franck Passi, avec un seul but pris au Vélodrome pendant la phase aller?

R.G. : "L'intéressant, c'est qu'on ne l'a pas obtenu en mettant le bus derrière mais en pressant dans le camp adverse. Yohann Pelé a déjà fait ce qu'il fallait sur un arrêt important dans les 20 premières minutes, quand on tanguait un peu. Avec une base solide, on voit qu'on est capable de gagner des matches. Le bateau est sur le bon cap et il vogue sur des eaux un peu plus bleues."

AFP