Roland Romeyer, Saint-Etienne, ASSE
Roland Romeyer, le président du directoire de l'ASSE, a de nombreux projets. | KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Romeyer satisfait des interpellations

Publié le , modifié le

Le président de l'AS Saint-Etienne, Roland Romeyer s'est félicité de l'interpellation mercredi matin de sept supporteurs, dont un niçois, dans le cadre de l'enquête sur les violences survenues le 24 novembre avant le match Nice - Saint-Etienne, et déclaré que le club stéphanois se portera partie civile.

"J'attendais ces interpellations depuis les incidents. J'en suis heureux.  Il va de soi que l'ASSE se portera partie civile contre les personnes qui  seront poursuivies devant le tribunal car elles ont porté préjudice à l'image  du club. On est tous soumis aux mêmes règles", a déclaré M. Romeyer à l'AFP. "Je demande aux supporters des Verts qu'ils donnent des signes d'amour et de fraternité pour le club et non des signes de violence ou de mauvais accueil  des visiteurs (au stade Geoffroy-Guichard)", a-t-il ajouté. "Je ne comprenais pas que ces interpellations n'aient pas été faites dans  la foulée des incidents, au stade de Nice, mais je suis satisfait de voir que, dix jours après les faits, elles ont pu avoir lieu", a poursuivi le dirigeant, actuellement à Rennes où les Verts jouent ce mercredi pour la 16e journée de L1. 

"Je suis contre les violences physiques et verbales dans les stades. Je  réprouve totalement ce qu'il s'est passé à Nice. Le football doit être  l'occasion pour les familles de venir au spectacle et je ne ne comprends pas  ces attitudes", a rappelé le président du directoire de l'ASSE se déclarant, dans ce domaine, "plus proche des valeurs du rugby". "J'attends avec impatience que ma requête auprès des ministres de  l'Intérieur et des Sports pour l'organisation d'une table ronde avec les  instances du football, la Ligue, la Fédération française, les présidents de  club et les représentants de supporters, puisse aboutir afin qu'il y ait une  prise de conscience et que l'on avance sur ce dossier de la violence dans les  stades", a conclu Roland Romeyer.

AFP