Marcelo Bielsa, symbole de la nouvelle vague d'entraîneur en Ligue 1
Marcelo Bielsa, symbole de la nouvelle vague d'entraîneur en Ligue 1 | BERTRAND LANGLOIS / AFP

Révolution sur les bancs

Publié le , modifié le

Ils sont sept entraîneurs à faire, ou à avoir fait leurs débuts en tant qu'entraîneur de Ligue 1, lors de cette première journée. Bielsa, Jardim, Makelele, Sagnol, Garande, Vasseur et Ripoll découvrent l'élite avec des clubs différents aussi bien dans leurs ambitions que dans leur environnement. Revue d'effectif de ces nouveaux visages sur les bancs de première division.

Les confirmés

Si la Ligue 1 a peiné, pour des raisons diverses (fair-play financier, volonté de Monaco), à attirer des stars du football européen (David Luiz mis à part), elle a en revanche réussi deux jolis coups sur le marché des entraîneurs. A la recherche de remplaçants à Claudio Ranieri et José Anigo, Monaco et Marseille ont enrôlé respectivement Leonardo Jardim en provenance du Sporting et Marcelo Bielsa. Pas totalement le top niveau européen mais des coaches à la réputation plus que solide. Peu connus en France, les deux entraîneurs ont déjà une longue carrière derrière eux, débutée il y a plus d’une décennie pour Jardim et il y pratiquement 25 ans pour Bielsa. C’est dire si les deux hommes ont de l’expérience à revendre. A coups sûrs, ils feront du bien à la Ligue 1.

Personnage à part, Marcelo Bielsa a donné une conférence de presse étonnante aux journalistes marseillais pressés d’en savoir plus sur cet homme énigmatique qui ne s’était pas présenté devant eux depuis son arrivée, voilà un mois. De son côté, Jardim aussi joue la discrétion. C’est peut-être à ça que l’on reconnaît le talent. L’avenir nous le dira.

Les "noms"

Ils sont deux anciennes gloire de l’équipe de France à avoir pris des fonctions d’entraîneurs cette saison : Claude Makelele à Bastia et Willy Sagnol du côté des Girondins de Bordeaux. Deux environnements diamétralement opposés donc. A la ferveur bastiaise s’oppose le calme bordelais. Makelele devra inévitablement avoir des résultats rapides quand Sagnol aura, peut-être, un peu plus de temps. Malgré tout les deux hommes n’arrivent pas de nulle part. L’ancien milieu de terrain de Chelsea et du Real Madrid a été adjoint de Carlo Ancelotti pendant deux ans. Il y a pire comme mentor. L’ancien latéral du Bayern Munich a lui entraîné les espoirs. La formation comme formation.

Mais maintenant, les deux anciens coéquipiers sous le maillot bleu sont sous les feux de la rampe. Reste à savoir comment ils vont le gérer et quel sera leur style. Très loquace sur la pelouse quand il était joueur, Makelele ne devrait pas changer d’attitude sur son banc. Plus placide, Willy Sagnol paraît plus à même de se contenir pour rester calme au bord de la touche. Enfin, on guettera les relations de Claude Makelele avec les arbitres, lui qui n’était pas dans les petits papiers des hommes en noir quand il était sur le terrain.

Les nouveaux venus

Et pour finir, il y a les petits nouveaux, ceux dont le nom n’est pas connu, qui ont fait leurs classes dans les divisions inférieurs ou à des postes d’adjoint. Sylvain Ripoll, Patrice Garande et Jean-Luc Vasseur. Le premier était l’adjoint de Christian Gourcuff à Lorient et récupère son poste, le second est monté avec Caen alors que le dernier est propulsé dans le grand bain après un passage remarqué du côté de Créteil. Pour les trois hommes, l’objectif sera de viser le maintien. Lorient ne sait pas où il en est, Caen est promu et Reims n’a pas pu recruter faute d’argent. Jean-Luc Vasseur a connu une première encourageante face au Paris-Saint Germain (2-2). De quoi donner des idées à Patrice Garande avec Caen à Evian Thonon-Gaillard, ou à Ripoll, dimanche à Monaco.