Gradel - Saint-Etienne
Max-Alain Gradel plus haut que les Lyonnais | AFP- Philipp Merle

Retrouvailles au sommet

Publié le , modifié le

Plus qu'un derby traditionnel, le classique duel entre Saint-Etienne et Lyon dimanche soir en clôture de la 16e journée de Ligue 1, prend cette année une dimension supplémentaire puisque les protagonistes sont tous les deux sur le podium du championnat avant d'aborder cette rencontre. Autant dire que l'enjeu est encore sur multiplié, car au-delà de la simple suprématie régionale, il en va aussi du classement.

Jamais depuis septembre 1981 les deux clubs ne s'étaient retrouvés aussi près l'un de l'autre au moment de se rencontrer et il est bien difficile de dégager un favori même si qui va défendre sa place de leader sur le terrain du troisième, n'a plus perdu à Geoffroy-Guichard depuis dix-huit ans. Si le bilan des 45 matches disputés dans le Forez est à l'avantage des Verts - 24 victoires contre 12, pour 13 nuls -, le rapport de forces s'est inversé de façon spectaculaire depuis le dernier succès stéphanois dans le chaudron le 6 avril 1994.  Depuis ce jour,  l'OL n'a perdu qu'une fois contre les Verts, lors du 100e derby à Gerland (1-0). Pour l'heure, Lyon reste sur quatre succès d'affilée en championnat chez son voisin plus un en Coupe de la Ligue et Christophe Galtier, l'entraîneur stéphanois, reconnaît que la rivalité historique entre les deux clubs a pu peser sur les résultats récents. "L'année dernière, on a joué trois derbys. Je trouve qu'on ne les a pas bien joués. J'en étais un des premiers responsables en voulant fermer l'accès à l'entraînement, en se mettant en vase clos. On était hyper concentrés et finalement, on en a perdu notre jeu. Cette année, on a la chance d'être dans une phase très positive. Il faut en profiter et jouer notre jeu. On jouera pour attaquer, marquer des buts et gagner le derby. On va attaquer." précise-t-il.

Double rivalité

A la rivalité historique s'ajoute cette année une lutte au sommet du classement de Ligue 1. Lyon y a pris le pouvoir la semaine dernière et Saint-Etienne, invaincu depuis dix journées, retrouve des ambitions. "Le fait que les deux équipes soient sur le podium, c'est exceptionnel. On va vivre un grand derby", promet Galtier. Son milieu de terrain Josuha Guilavogui a bien retenu la leçon. Mais en joueur formé au club, le Franco-Guinéen de 22 ans continue de le voir comme un match sans équivalent, quel que soit le niveau des deux équipes. "L'affiche est d'autant plus belle au regard du classement actuel. Ça ajoute du piment. Ceci dit, ce n'est pas le troisième qui accueille le leader mais bien l'ASSE qui va disputer le derby face à l'OL au stade Geoffroy-Guichard".

Ses propos trouvent  un écho chez les Lyonnais qui ont, comme lui, grandi avec les couleurs de leur ville sur le dos et jouent un rôle grandissant dans la réussite actuelle de l'OL. "En sortant du centre de formation, nous voulons montrer que nous savons jouer et gagner ce genre de matches. Je pense que cela va rajouter de l'ambition car nous avons tous cette 'âme' lyonnaise", souligne Samuel Umtiti, qui pourrait enchaîner une sixième titularisation en charnière centrale dimanche. "Nous voulons montrer que c'est l'OL qui domine et qui sort des jeunes joueurs prometteurs. Cette rivalité existe à ce niveau-là. Nous voulons vraiment montrer ce dont nous sommes capables".

Avec ses 23 ans, ses 88 matches de Ligue 1 disputés et ses six sélections en équipe de France, Maxime Gonalons fait figure de guide pour les jeunes Lyonnais et se délecte à l'idée de disputer ce match avec d'autres joueurs formés au club. "Il y a beaucoup plus d'attente aujourd'hui mais quand nous étions jeunes, nous les attendions avec beaucoup d'envie et d'appétit (...) Le derby peut avoir une autre saveur avec tous ces jeunes", dit-il. II en aura d'autant plus si la première place de Lyon dépend de sa capacité à perpétuer son invincibilité des deux dernières décennies en terre stéphanoise. Mais ce ne sera pas facile car l'ASSE, en plein renouveau, espère mettre à profit cette bonne dynamique pour s'imposer enfin de nouveau sur son terrain.