Mevlut Erding encore buteur pour le Stade Rennais
En inscrivant son sixième but de la saison, Mevlut Erding a permis à Rennes de battre Nancy (3-1) | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Rennes vainqueur à l'économie

Publié le , modifié le

Le Stade Rennais s'est contenté d'accélérer dans les trente dernières minutes pour enfoncer Nancy (3-1) au stade Marcel Picot à l'occasion du match avancé de la 12e journée de Ligue 1. Si les Bretons en profitent pour remonter à la cinquième place du classement, les Lorrains restent lanterne rouge. Fragiles défensivement, les hommes de Jean Fernandez n'ont plus gagné depuis la 1ère journée et enchaînent une troisième défaite consécutive.

Déjà défaits à quatre reprises dans son antre de Marcel Picot depuis le début de saison, Nancy peut s'inquiéter ce soir. Une fois encore dominés à domicile, les Nancéiens restent lanterne rouge du championnat à cinq points de Sochaux premier non relégable. Invaincus en Lorraine depuis plus de sept ans, Rennes a su profiter de la fébrilité défensive adverse pour conquérir sa cinquième victoire en six matches de Ligue 1 (3-1). Malgré quelques errements de son arrière-garde, le club breton a passé la vitesse supérieure dans la dernière demi-heure pour valider son succès.

Zenke répond à Erding

Si Téophile-Catherine, hors-sujet ce soir sur le synthétique de Picot, a fait passer un frisson dans le dos du staff rennais, en ce moment, l'homme en forme du Stade Rennais s'appelle Mevlut Erding. Sur un centre de Mavinga, un des bleuets "fêtards", l'avant-centre turc a trompé N'Dy Assembée de la tête (21e, 0-1). Une fois le score ouvert, les hommes de Frédéric Antonetti sont tombés dans une forme de léthargie, punie par Zenke au retour des vestiaires. Le Nigérian s'est amusé du pauvre Théophile-Catherine avant de nettoyer la lucarne d'un Costil impuissant (50e, 1-1). L'ASNL a alors peu à peu refait surface, Pitroipa sauvant une tête d'Ayasse sur sa ligne. Pourtant, la sortie d'un Mollo remuant a perturbé les siens. Peu à l'aise à l'extérieur cette année (1 seule victoire), les Bretons ont pensé éteindre leurs adversaires, d'une superbe volée signée Alessandrini (74e, 1-2).

Costil et Pitroipa achèvent Nancy

Mais la défense des visiteurs a une fois encore craqué. Lancé, Boye a fauché un Zenke omniprésent, dans sa surface (80e). Un coup du sort que s'est chargé d'annuler le portier Rouge et Noir en stoppant le pénalty de Paul Alo'o Efoulou. Dans la foulée, Costil a relancé au pied vers Pitroipa. Haidara et N'Dy Assembé à côté de la plaque, l'international burkinabé n'a eu qu'à toucher le ballon du pied pour le pousser ensuite au fond des filets de la tête (1-3, 84e). Faute d'être géniaux, les Rennais ont su être réalistes et remontent à la cinquième place du championnat. Selon Canal +, excédés, certains supporteurs nancéiens ont fait irruption dans les travées de Picot pour s'en prendre aux joueurs de Jean Fernandez. Lors des trois prochaines journées, ils affronteront Troyes, Ajaccio et Evian, adversaires directs pour le maintien. Un triptyque de tous les dangers.

M'Vila suspendu en équipe de France, titulaire à Rennes :
Le milieu de terrain rennais Yann Mvila  a été  titularisé à Nancy (3-1) vendredi pour son premier match depuis sa suspension de toutes sélections nationales jusqu'au 30 juin 2014 par la commission de  discipline de la FFF après sa virée nocturne, lors de la 12e journée de L1. Écarté pendant douze jours et deux matches de Championnat par son club  après son écart de conduite en équipe de France Espoirs, Mvila  n'avait plus été  titularisé depuis le 6 octobre et la victoire de Rennes à Sochaux (1-0, 8e  journée).

Jean Fernandez : "C'était encore une soirée difficile avec cette neuvième défaite depuis le  début de la saison. Le  tournant, c'est le penalty. Si on avait marqué là, ça aurait pu se terminer à  2-2. C'est une période difficile depuis quelques matches, on n'a pas trop la  réussite. C'est le même scénario depuis le début de la saison, mais on y croit  toujours."
Frédéric Antonetti : "C'était un match important du  calendrier, on savait qu'il fallait réussir quelque chose si on voulait quelque  chose par la suite. Je pense que sur l'ensemble du match la victoire est méritée. On s'est  fait peur en deuxième période. On a des périodes d'équipe qui peut  jouer le haut de tableau, mais on en a d'autres d'équipe qui peut jouer le  maintien. Ce sont ces moments d'égarement qu'il faut corriger."

Jerome Carrere