Fernandes joie Rennes 112015
Gelson Fernandes buteur avec Rennes | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Rennes relève la tête à Angers

Publié le , modifié le

Rennes a ouvert la 13e journée de Ligue 1 par une victoire à l'extérieur. Inspirés, les Bretons ont pris le meilleur sur Angers 2-0 à Jean-Bouin. Doucouré (4e) et Gelson Fernandes (61e) sont les deux buteurs rennais. Les Angevins ont eux été trop approximatifs pour gêner leurs voisins. Ils ont même raté un penalty dans le dernier quart d'heure. Le SCO reste provisoirement à la 3e place tandis que Rennes remonte au 6e rang.

On a retrouvé Rennes ! Dans une très mauvaise passe, le Stade Rennais n'est pas allé bien loin pour se refaire la cerise. 125 km pour sortir d'un tunnel de 7 matches sans victoire. Contre un SCO toujours aussi joueur et beau pensionnaire du podium de Ligue 1, les hommes de Montanier ont répondu présent dans l'engagement et la maîtrise. Parti très haut dans les tours, ce derby de l'ouest n'a pas mis longtemps à se débrider. N'Doye manquait de peu l'ouverture pour Angers dès la 2e minutes. La deuxième occasion était la bonne mais elle était rennaise. Doucouré décalait Pedro Henrique à droite. Et c'est ce même Doucouré qui jaillissait devant Butelle pour ouvrir le score de la tête (0-1, 4e).

D'un but à l'autre, ce match vivant tenait ses promesses. Avec ce but pris trop vite, l'entraîneur angevin Stéphane Moulin demandait à ses troupes d'exercer un pressing intense. Le SCO ne laissait pas respirer son adversaire mais pêchait dans la finition. Comme au billard, les situations chaudes s'enchaînaient mais la défense bretonne tenait bon sans être réellement mise en danger. Costil était finalement assez tranquille à l'image de cette tête de N'Doye au dessus de la barre (40e).

Angers cherchait à égaliser dès la reprise. Armand devait s'employer pour contrer Sunu dans la surface (51e) tandis que Camara frappait à côté du cadre (55e). Sans forcer son talent, Rennes pliait le match sur un corner mal renvoyé par Andreu. Fernandes frappait à l'entrée de la surface et punissait le SCO (0-2, 61e). La pilule était dure à avaler. Moulin changeait ses batteries et galvanisait ses joueurs. Un brin chambreur, Grosicki s'amusait lui à jongler sur la pelouse. Quelques secondes plus tard, c'est lui qui provoquait un penalty pour Angers. Mangani s'en chargeait mais Costil se couchait du bon côté et sortait le ballon du genou (83e). Fin du suspense. Rennes a fait tomber Jean-Bouin pour la première fois de la saison et sort la tête de l'eau. Revenu à la 6e place, il se relance dans la course à l'Europe.

Réacti​ons

Philippe Montanier (entraîneur de Rennes):  "On savait qu'on était attendus sur ce match-là et on avait besoin de retrouver  la victoire. On l'avait retrouvée à Bastia en Coupe de la Ligue mais pas en  championnat. On restait sur de bonnes prestations à l'extérieur, à Lorient, à  Monaco, à Bastia, mais là il fallait prendre ces trois points pour basculer du  bon côté. (Sur le réalisme) l'efficacité offensive est souvent un critère  déterminant pour le gain du match et lors de notre série de quatre victoires on  avait eu ça aussi. Ces derniers temps on l'avait moins, et forcément on était  pénalisé."
   
Stéphane Moulin (entraîneur d'Angers): "Quand il y a pas grand chose qui  rigole, face à une équipe de cette qualité, c'est difficile. Dans le foot il  faut savoir être objectif, ce soir je crois que sur l'ensemble du match on a  joué une équipe qui nous était supérieure. Malgré ça on a existé dans ce match,  on a juste manqué les moments importants, et quand on manque les moments  importants d'un match, en général, la finalité est pas bonne. On a l'occasion  de recoller en début de deuxième mi-temps, on a deux grosses situations, on ne  les met pas. On a l'occasion de recoller sur le pénalty, on ne le fait pas. On  ne peut pas manquer autant de choses et obtenir un bon résultat. Je trouve que  le score est sévère même si la victoire de Rennes n'est pas illogique. On ne  peut pas tout contenir, tout prévoir, ils ont aligné une équipe qu'il n'avaient  pas aligné depuis très longtemps. On redoutait que cette équipe-là soit  alignée, notamment le quatuor offensif qui a des possibilités incroyables,  parce que sincèrement, c'est l'équipe qui nous a posé le plus de problèmes  depuis le début de la saison."