Rennes, la tête ailleurs ?

Rennes, la tête ailleurs ?

Publié le , modifié le

Qualifiés pour la finale de la Coupe de France prévue le 3 mai, les Rennais devraient se présenter à Saint-Etienne avec une équipe remaniée par rapport à celle qui s’est imposée mardi face à Angers (3-2). Les Stéphanois, eux, n’ont pas encore totalement abandonné leurs espoirs de podium.

Chacun ses priorités. Si Saint-Etienne peut encore rêver du podium malgré ses sept points de retard, Rennes, de son côté, n’a plus que la Coupe de France en tête. Pratiquement assurés de se maintenir avec 8 points d’avance sur Sochaux, premier relégable, les Bretons vont désormais être obnubilés par cette coupe nationale qui pourrait leur permettre de remporter leur premier trophée depuis 1971. Mais une victoire face à Saint-Etienne et le maintien serait définitivement assuré après une saison plus que compliquée.

Regarder devant ou derrière ? 

Pour les hommes de Christophe Galtier, l’enjeu est double. D’un côté, le maigre espoir de revenir sur les talons de Lille, qui occupe pour l’instant la troisième place du podium avec une avance confortable. De l’autre, la menace de Lyon, deux points derrière, qui lorgne la quatrième place de son grand rival avec appétit grâce à une fin d’exercice très convaincante. Si Galthier affirme ne pas croire à un improbable podium, une quatrième suffirait sans nul doute au bonheur des Verts. Mais pour ça, il faudra montrer autre chose que ces dernières semaines, où Sainté ne semble plus vraiment à son aise si l’on excepte la victoire face à Lyon.

Brandao suspendu

Privé de son latéral droit Romain Danzé, Philippe Montanier devrait également ménager certains cadres tels que Ola Toivonen ou Kamil Grosicki, qui seraient suspendus pour la finale au Stade de France en cas d’avertissement dans le Chaudron. Côté stéphanois, Josuha Guilavogui, blessé à Reims et remplacé en première période, est forfait, tout comme Brandao, qui purgera le premier de ses quatre matches de suspension consécutifs à son vilain coup de coude sur Yohan Cabaye. 

Victor Patenôtre