Rennes danzé mangane
Rennes confirme son potentiel | AFP - DAMIEN MEYER

Rennes fête déjà Noël

Publié le , modifié le

Le Stade Rennais a répondu présent lors de la 18e journée de Ligue 1. Vainqueur dans les dernières minutes de Valenciennes 1-0, le club breton se retrouve en deuxième position du classement derrière Lille, et en compagnie du PSG, contraint au nul (2-2) par Monaco. A noter le retour de l'ASSE qui a dominé Arles 2-0. Mauvaise opération pour Brest qui n'a obtenu qu'un 1-1 à Nice et voit le podium s'éloigner. De même pour l'AJA qui a quitté Montpellier sur le même score

Le match du jour: PSG-Monaco

Le PSG qui vient d'apprendre qu'il affronterait en 16e de finale de l'Europa Ligue les Biélorusses du FC Bate, pouvait aborder sereinement cette 18e journée de Ligue 1. D'autant plus que les Monégasques, incapables de s'imposer depuis cinq matches en championnat, ne représentaient pas forcément une menace. Mais cette vision a rapidement dû être évacuée par les Parisiens, cueillis par l'ouverture du score de Puygrenier sur un coup d'Haruna (32e). Les hommes d'Antoine Kombouaré n'ont pas eu à tergiverser trop longtemps, puisque l'inévitable Nenê égalisait dès la 40e minute d'une exceptionnelle frappe lointaine. Face à son ancien club, le Brésilien se permettait même de réaliser le doublé en trouvant la lucarne, son 13e but de la saison en L1 à la 52e minute, qui offrait un boulevard à son équipe et la première place au classement des buteurs à Nenê au même niveau que le Lillois Sow. Invaincu depuis le 23 octobre, le PSG se faisait surprendre une deuxième fois en toute fin de match, par un but de l'ancien Auxerrois Niculae (88e). Ce match nul, le deuxième consécutif, laisse Paris en deuxième position, mais désormais en compagnie de Rennes, alors que Lille a l'occasion de creuser le trou avec la concurrence en cas de victoire dimanche sur Nancy.

Le conte de Noël

Le 14 août dernier, Fabien Lemoine vivait un véritable cauchemar lors du match contre Nancy. A la suite d'un choc, le milieu de terrain devait subir l'ablation de son rein droit et l'on craignait que sa saison (voire plus) ne soit terminée après seulement quatre journées. Mais en ces périodes de fêtes, les Dieux du football étaient cette fois de son côté. Entré sur le terrain dans les arrêts de jeu pour la première fois depuis sa grave blessure, Lemoine a permis à son équipe de s'imposer en déposant du coin de corner le ballon sur la tête Kana-Biyik (92e, 1-0). "J'ai été les tirer alors que je ne suis pas habitué, a expliqué Lemoine. J'ai essayé de frapper les deux corners forts. J'ai la chance d'avoir une seconde chance, j'ai réglé le pied et c'était le but. Mais j'avais tellement envie de montrer... pas pour se mettre en valeur mais envie de toucher le  ballon. C'est un des plus beaux jours de ma vie ce soir. Carrément. Carrément.  Pourtant ça n'a pas été très long, cinq minutes, mais c'était un moment magique", a-t-il dit tout ému en conférence de presse. Et Rennes se replace provisoirement en deuxième position, derrière Lille.

Deux buts en deux minutes

Comment perdre un match en deux minutes ? Dominés il est vrai depuis le début de la rencontre par les Stéphanois, les joueurs d'Arles-Avignon ont finalement cédé peu après la 50e minute, encaissant deux buts coup sur coup. C'est d'abord Battles qui a trompé Merville d'une belle reprise au premier poteau (51e), puis Rivière a doublé la mise dans la minute suivante, profitant notamment de la sortie du dernier rempart adverse. Et pour couronner le tout, les Provençaux ont été contraints de terminer la rencontre à dix contre onze, après l'expulsion, cinq minutes après le deuxième but, de Piocelle. Ce dernier s'est quelque peu emporté face à Batles et l'arbitre a logiquement exclu le joueur.

La boulette sans neige

Le Stade municipal du Ray était pourtant vierge de tout flocon de neige. Mais c'est pourtant à Nice que l'on a pu observer la boulette de la soirée. Alors que l'OGC Nice venait d'ouvrir rapidement le score par Ljuboja (6e), le malheureux Lionel Letizi a donné un joli cadeau de Noël aux Brestois en relâchant le ballon juste devant le jeune Martial, à la suite d'une belle frappe de Poyet. Le défenseur breton n'avait plus qu'à pousser le ballon pour remettre son équipe sur les bons rails (12e, 1-1). A 19 ans, Martial a inscrit là son tout premier but en L1.

Le Père Noël est Toulousain

C'était Noël avant l'heure pour le Toulousain Paulo Machado. Auteur du but du Téfécé à la 15e minute, l'attaquant portugais qui a été idéalement lancé par Romao, a gagné son face à face avec le gardien lorientais Audard, ouvrant la marque du droit (1-0). Et plutôt que d'improviser une danse ou inventer un geste que l'on a parfois du mal à décrypter, le N.5 de Toulouse a tout simplement sorti un bonnet de Père Noel de son short. Un bonnet violet évidemment. Et le Père Noël a sans doute apprécié ce geste, Toulouse s'imposant finalement 3-0.

Cinq matches sans victoire

Après une remarquable série de six matches sans défaite (dont quatre victoires), l'AJA a bien du mal à terminer l'année 2010. La trêve va sans doute faire du bien aux organismes bourguignons, qui enchaînent une cinquième rencontre sans victoire (deux nuls et trois défaites). Depuis leur succès sur Rennes le 14 novembre dernier (2-1), rien ne va plus pour les hommes de Jean Fernandez. Et le 4-0 reçu face au Real Madrid ne risque pas de donner du baume au cœur des supporteurs auxerrois, pas plus que ce match nul contre Montpellier (1-1)...

La neige du jour

Il a neigé sur Bollaert, et l'accès au stade était devenu très compliqué. C'est pourquoi, la Ligue a préféré reporter le match entre mal classés opposant Lens à Caen. La rencontre a été reprogrammée à dimanche 17h00, mais la décision définitive sera prise dimanche matin avec les délégués de la LFP. Les Lensois avaient pourtant pris des mesures pour protéger la pelouse, mais si celle-ci était jouable, ce sont bien les "conditions d'accessibilité" au stade qui ont posé problème.

Romain Bonte