Sylvain Armand et Clément Chantôme Rennes-Bordeaux 2015
Le défenseur du Stade Rennais, Sylvain Armand (en rouge), ici au duel aérien avec le milieu de terrain bordelais Clément Chantôme. | DAMIEN MEYER / AFP

Rennes et Bordeaux se sont neutralisés

Publié le , modifié le

Mitigés. Voilà comment nous pouvons nous sentir après ce Rennes-Bordeaux qui s'est terminé sur un score paritaire (2-2) finalement logique. Mitigés donc, puisque nous avons assisté à un spectacle souvent très pauvre footballistiquement parlant, marqué par de nombreuses fautes, peu d'inspiration et un nombre de passes ratées désolant... Mitigés aussi parce que nous avons assisté à une fin de match au scénario complètement fou avec des occasions dans tous les sens, un pénalty stoppé par Carrasso et une expulsion sur le banc Bordealais. Bref, les deux équipes se sont neutralisées sur la pelouse du Roazhon Park de Rennes. Un résultat qui n'arrange pas vraiment les deux équipes qui s'enlisent un peu plus dans le ventre mou de la Ligue 1.

Carrasso, le sauveur Bordelais

Si proche de la victoire. Le Stade Rennais peut clairement s'en vouloir, ou du moins maudir le portier des Girondins de Bordeaux, Cédric Carrasso, qui a sauvé les siens dans les dernières secondes (90+7) en arrêtant le pénalty de Gioivanni Sio, logiquement accordé par Mr.Moreira. Ils peuvent donc avoir des regrets les Bretons. Mais finalement, ce score de parité est on ne peut plus logique... Logique puisque nous avons tout d'abord assisté, et il faut vraiment le souligner malgré cette fin de match de folie, à un spectacle très pauvre d'un point de vue footballistique. Les deux équipes, pendant plus de 70 minutes, ne se sont jamais montrées à leur avantage.

Heureusement, la jeune pépite du Stade Rennais, Ousmane Dembélé (18 ans) a réveillé tout le monde après une superbe action collective des Bretons (1-0, 31e). Une ouverture du score salvatrice pour le football surtout puisqu'ensuite, Bordeaux a rapidement réagi en se portant beaucoup plus vers l'avant grâce à son jeune attaquant Bleuet, Enzo Crivelli. Après deux tentatives vaines (34e et 35e) face à un solide Benoit Costil, l'espoir français a trouvé la brèche pour égaliser (1-1, 40e)

Fin de match de folie !

Après la pause, le football a laissé place à nouveau à sa parodie. Des fautes à foison, des passes ratées dans tous les sens et pas la moindre inspiration offensive. Tout laissait croire que nous assisterions à une seconde période calamiteuse... On fut mauvaise langue. Les deux équipes se sont encore une fois réveillées après un but, une réalisation magnifique du norvégien Grosicki pour Rennes (2-1, 75e) avec une frappe enroulée du gauche qui propulsait le ballon sous la barre !

Du coup, le match s'emballait et devenait complètement fou quelques instants plus tard. Déjà parce que les protégés de Willy Sagnol se sont rebellés et ont égalisé grâce à un bel enchaînement dribble-frappe de Contento (2-2, 78e). Mais aussi et surtout parce que les deux formations se sont lâchées littéralement jusqu'à la dernière seconde. En effet, dans les arrêts de jeu, après que Bordeaux ait eu l'occasion de marquer (83e), Rennes bénéficiait logiquement d'un pénalty suite à à une faute de main de Chantôme. Une décision qui aller faire péter un câble le banc bordelais ! Nicolas Pallois est donc exclu par Mr Moreira tandis que Cédric Carrasso jouait le rôle de sauveur en stoppant le pénalty de Sio. 

Bref, au final, le score ne changera plus et c'est logique puisque les deux équipes ne méritaient pas vraiment de l'emporter même si elles se sont procurées chacune quelques jolies occasion. Rennes (8e) et Bordeaux (12e) s'enlisent un peu plus dans le ventre mou de la Ligue 1.