Rennes Vaulx-en-Velin M'Vila 012011
Le Rennais Yann M'Vila | AFP - PHILIPPE MERLE

Rennes en danger, Paris en embuscade

Publié le , modifié le

Avant le choc Marseille-Lille dimanche, Rennes et Paris, respectivement en déplacement à Montpellier et à Auxerre, vont se disputer à distance la première place. La lutte pour le maintien sera l’autre enjeu de la journée de samedi. Monaco et Lens n’ont plus de joker alors que Caen, Nice, Nancy et Auxerre ont une marge de manœuvre réduite. Une journée charnière pour toutes ces équipes.

Rennes et Paris vont souffrir

Malgré leur statut d’équipe de tête, Rennais et Parisiens risquent de connaître une soirée difficile. Auteur d’une série de quatre succès, les premiers, quasiment au complet - retour de Mangane, Brahimi et Kembo sur pied -, se rendent à Montpellier avec humilité et méfiance. Briseur de série dans l’âme, le sixième de Ligue 1 a déjà fait tomber Lille (1-0) qui restait sur 13 matches sans défaite. En début de saison, les troupes de René Girard avait aussi infligé la première défaite aux Bretons, alors leader du championnat (0-1). Renforcé par l'attaquant nigérian John Utaka qui devrait être titulaire pour la première fois depuis son arrivée en janvier de Portsmouth, Montpellier part presque favori. « Par rapport au Top Five, nous n'avons qu'une chose à faire: venir les emmerder, se mettre au milieu et être le vilain petit canard », s’en amuse le coach René Girard. 

"Par rapport au Top Five, nous n'avons qu'une chose à faire: venir les emmerder, se mettre au milieu et être le vilain petit canard », s’amuse le coach de Montpellier René Girard.

Pour les hommes d’Antoine Kombouaré, le défi est d’une autre nature. Auxerre n’a certes pas gagné depuis 12 journées mais constitue un adversaire forcément redoutable avec les retours d'Hengbart, Pedretti, Ndinga, Traoré et Grichting. Avec un seul point d’avance sur la zone de relégation, les Icaunais sont au pied du mur et ont besoin de gagner. Plus peut-être que le PSG qui peut néanmoins s’emparer de la tête de la Ligue 1 en cas de succès combiné à un faux-pas rennais. Kombouaré va aligner plusieurs de ses titulaires (Makelele, Giuly, Armand, Chantôme, Edel), ménagés mercredi en Coupe de France face au Mans (2-0 ap). La question est de savoir si Kombouaré maintiendra sa confiance en attaque à Mevlud Erding, encore en grande difficulté mercredi, ou s'il optera pour un système en 4-2-3-1 avec Mathieu Bodmer en meneur de jeu et Guillaume Hoarau seul en pointe.

Le maintien, l’autre championnat

Hormis Arles-Avignon, dernier et promis à la Ligue 2, pas moins de six équipes sont concernées par la lutte pour le maintien. Caen va mieux depuis le début de l’année avec une moyenne de point pris de 1,83 en 2011, contre 0.94 lors de la phase aller. A l’inverse, Saint-Etienne n’a plus gagné depuis trois rencontres malgré leur septième place. Avantage aux Normands. Remis en scelle par sa victoire dans le chaudron stéphanois, les Niçois ont l’occasion de distancer un rival direct pour le maintien, à savoir Lens. Les Nordistes n’ont gagné qu’une fois cette saison hors de leur base, à Arles-Avignon. Le bilan n’est donc pas fameix : cinq nuls, six défaites et surtout 21 buts encaissés. Avantage Nice.

"c'est  Monaco! On n'a pas le droit de faire tomber ce club-là, pas le droit de le  laisser tomber" s'exclame  Sébastien  Puygrenier.

Nancy n’a inscrit que trois points en 2011. Malgré un match intéressant contre Marseille (1-2), les Lorrains ont concédé des longueurs sur ses concurrents directs. Cela risque de s’aggraver car ils n’ont plus gagné en déplacement depuis le 17 avril 2010. Porté par son attaquant Kévin Gameiro en pleine forme, Lorient n’a pas ce genre de problème sur sa pelouse synthétique. Même si les Bretons ont la prolongation de mercredi dans les jambes, Nancy a du souci à se faire surtout si Monaco ramène un résultat positif de Valenciennes. "c'est  Monaco! On n'a pas le droit de faire tomber ce club-là, pas ledroit de le  laisser tomber" s'exclame  Sébastien  Puygrenier. Difficile pour les Sudistes car les troupes de l'entraîneur Philippe Montanier n’ont perdu que deux fois à Nungesser et n’a pas encaissé de but lors de ses dernières deux sorties.

Ancrés au milieu de tableau, Toulouse et Sochaux sont plutôt épargnés par cette bagarre pour le maintien. Pour être vraiment tranquilles, les Garonnais espèrent mettre fin à une série négative de trois défaites, quatre lors des cinq dernières journées. Entre une équipe qui concède peu de nul, 3 pour le TFC, et l’une des meilleures attaques de Ligue 1, 39 buts pour les Sochaux, le spectacle est attendu. Espérons.

Mathieu Baratas