Giovanni Sio filet
Le Rennais Giovanni Sio | DAMIEN MEYER / AFP

Rennes arrache le Celtico au forceps

Publié le , modifié le

Rennes continue d'engranger au Roazhon Park. Les Rennais ont remporté une 4e victoire de suite à domicile en match avancé de la 8e journée de Ligue 1. Ce n'est pas n'importe laquelle puisque c'est lors du derby face à Guingamp. Un succès très long à se dessiner et obtenu dans les arrêts de jeu sur un contre conclu par Diakhaby. Plus tôt, Rennes avait manqué un penalty tandis que l'En Avant a joué une demi-heure à 10 après l'exclusion de Diallo.

Si "Celtico" est devenu l’appellation d’origine contrôlée du derby breton, la notion même de derby a longtemps senti le bouchon lors de ce Rennes – Guingamp. Ni grand cru, ni Chouchen mais un arrière-goût de piquette pendant une grosse mi-temps. Les gros yeux du président Ruello pendant la semaine n’avaient pas provoqué l’étincelle dans l’équipe de Christian Gourcuff. Les Rennais ont certes eu des intentions et de l’envie en début de match mais trop peu pour secouer un En Avant bien en place.

Tout avait pourtant bien commencé avec un beau tifo du kop rennais et une vraie ambiance de foot. Mais les claques subies à Dijon (3-0) et à Monaco (3-0) avaient mis une chape sur les velléités offensives rennaises. Paul-Georges Ntep avait beau faire la différence sur son aile gauche, ça manquait cruellement de présence à ses côtés. Peu de monde pour accompagner les actions ou du gros gâchis dans la dernière passe. A la pause, le seul tir cadré était l’œuvre du Guingampais Luca Deaux qui avait écrasé sa frappe au milieu d’une forêt de jambes (7e). A l’image de son début de saison, l’En Avant produisait lui une meilleure impression.

Diakhaby libère le Roazhon Park

En deuxième mi-temps, Rennes s’installait vraiment dans le camp guingampais et accentuait la pression. Johnsson allait enfin avoir un peu de travail. Pas sur le tir de Sio au-dessus (51e) mais sur un penalty généreusement accordé par M.Rainville. Diallo accrochait légèrement le maillot de Ntep qui s’écroulait comme si le ciel lui était tombé sur la tête (64e). Double peine pour le défenseur de l’En Avant avec un deuxième carton jaune synonyme d’exclusion. Sur le penalty, la frappe de Kamil Grosicki était idéale …pour faire briller le portier guingampais (65e). En supériorité numérique, Rennes jouait son va-tout. L’expérimenté Danzé rêvait de marquer dans le derby mais sa frappe de l’intérieur était trop assurée pour tromper Johnsson (75e). Les centres devant le but s’enchaînaient mais sans trouver preneur (74e, 79e).

Tout le monde s’essayait mais l’En Avant tenait bon. Saïd trouvait Kerbrat sur sa route (79e) et Ntep le mur sur un coup franc (88e). Guingamp était même tout près de réaliser le hold-up sur un 3 contre 1 mais Salibur tirait au-dessus du but de Costil (80e). On se dirigeait vers un nul quand Costil dégageait loin le ballon. En deux passes, dont un centre millimétré de Pedro Henrique, Diakhaby était à point nommé pour libérer son équipe (90e+2). Tout juste entrés en jeu, les deux Rennais faisaient chavirer le Roazhon Park de bonheur. Et sans réellement convaincre, voilà les Bretons au 7e rang provisoire grâce à ses quatre victoires à domicile.

Xavier Richard @littletwitman