Hervé Renard Sochaux portrait 102013
Hervé Renard | AFP

Renard: "Une étape importante"

Publié le , modifié le

Victorieux de Nice à l'issue d'une rencontre marquée par quelques décisions litigieuses de M. Fautrel (penalty non sifflé sur Cvitanich, expulsion du même Cvitanich), Sochaux a repris son destin en main pour la première fois de la saison. En cas de succès à Rennes, puis face à Evian, le doyen renouvellera à coup sûr son bail en Ligue 1. Le point avec Hervé Renard, à cent quatre vingt minutes de l'épilogue.

Hervé Renard, quelle analyse tirez vous de cette victoire face à Nice ?
HR: "On s'attendait à une rencontre très serrée face à un adversaire qui  voulait valider son maintien dès cet après-midi. Au final, on remporte un  succès que je pense mérité, même si nous avons eu un peu de réussite avec ce  sauvetage de Carlao devant Pied. La semaine dernière, Julien Faussurier nous  avait également sauvés devant Paris. On a décidé de ne pas lâcher le moindre  centimètre de terrain et on s'y tient. Je tire un grand coup de chapeau aux  joueurs."
   
Cette fois-ci les faits de jeu vous sont favorables avec un penalty  évident non accordé aux Niçois ?
"Peut-être, mais qui vous dit que Yohann Pelé n'aurait pas détourné ce  fameux penalty ? Pour ma part, je pense que même si Nice était revenu, les  joueurs auraient trouvé les ressources pour aller chercher cette victoire  indispensable. On fait sourire depuis longtemps en assurant croire en nos  chances de maintien, mais ce groupe croit en ses capacités. On va maintenant  attendre les résultats de Rennes et de Guingamp en espérant de bonnes  nouvelles. Cette rencontre était une étape à ne surtout pas rater, un match  charnière pour aborder cette dernière ligne droite à suspens dans les  meilleures conditions."
   
Justement, vous n'avez jamais semblé aussi proche de réussir votre pari  de maintenir Sochaux ?
"On ne saura qu'à l'issue de la 38ème journée qui tient le bon bout  (sourire). Ce soir nous sommes toujours 18ème et relégables. Nos adversaires  ont donc toujours leur avenir en main. Il nous reste deux semaines et cent  quatre vingt minutes, qui s'annoncent particulièrement difficiles et âpres,  pour repasser au-dessus de cette fameuse barre du maintien. Aucune formation ne  fera de cadeau à une autre en cette fin de saison. Il faudra aller chercher  quelque chose dès samedi à Rennes dans une ambiance qui sera particulière."

AFP