Hervé Renard
Hervé Renard | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

Renard: "Nous sommes des survivants"

Publié le , modifié le

Hervé Renard, l'entraîneur de Sochaux, veut croire en son équipe de "survivants" pour décrocher une victoire à Rennes samedi, puis une seconde face à Evian, afin d'échapper à la relégation en Ligue 2.

Dans quel état d'esprit abordez vous ce rendez-vous à Rennes ?
HERVE RENARD: "Compte-tenu de notre situation, les données sont très simples. On se déplacera pour essayer de gagner, sans se tenir au courant des résultats de nos adversaires. On ne va pas se contenter d'un nul pour finalement se faire surprendre par un but de nos concurrents à la quatre-vingt-dixième minute. On ne veut pas avoir de regrets et s'offrir une chance de pouvoir jouer notre va-tout samedi prochain. On a remporté notre quart de finale face à Nice dimanche dernier, mais on doit encore passer cette demi-finale à Rennes pour jouer une finale du maintien. Les joueurs font beaucoup d'efforts depuis le début de saison et mériteraient de vivre ce rendez-vous."
   
Rennes s'est assuré du maintien en l'emportant à Paris mercredi. C'est une bonne chose pour vous ?
H.R: "Comme je l'avais dit au sujet de Guingamp par rapport à l'effet euphorisant de la Coupe de France, on ne le saura qu'à l'issue du match. La pression du public sera peut-être moindre que si les Rennais jouaient leur maintien en Ligue 1, mais on peut s'attendre à une ambiance particulière suite à la finale de la Coupe de France. Il faudra que l'on parvienne à s'engouffrer dans une éventuelle brèche. Ma seule certitude, c'est que Rennes ne nous fera pas de cadeaux. Les Rennais sont des professionnels. Ils ont démontré à Paris qu'ils étaient capables de réagir dans l'adversité."
   
Malgré le formidable élan de votre équipe, vous pourriez vous retrouver en Ligue 2 dès samedi en cas de résultat défavorable ?
H.R: "Ce serait extrêmement décevant pour les joueurs et les supporteurs. Tout le monde est extrêmement motivé à l'idée de vivre un grand rendez-vous à l'occasion de la 38e journée. Après si l'on ne parvient pas à faire la différence sur ce dernier match, on ne pourra s'en prendre qu'à nous-mêmes. La frustration serait en revanche très grande si on venait à échouer dès samedi. Maintenant, vous commencez à me connaître. Je vais rester fidèle à ma ligne de conduite et penser que l'on parviendra à s'en sortir à l'issue de la dernière journée. Les joueurs ont pris goût à ce fantastique challenge. Nous sommes des survivants, restons-le le plus longtemps possible!"
   
Propos recueillis en conférence de presse

AFP