Loïc Rémy
Loïc Rémy | JACQUES DEMARTHON / AFP

Rémy plus proche de QPR que de Newcastle

Publié le , modifié le

José Anigo, directeur sportif de Marseille, a affirmé que Loïc Remy se trouvait en Angleterre pour discuter avec Newcastle, Queen's Park Rangers ou un autre club en vue de son transfert, même si l'OM et les Magpies avaient déjà trouvé un accord de principe pour l'attaquant.

"Nous avons trouvé un accord avec Newcastle, mais nous parlons aussi avec  d'autres clubs anglais, a affirmé lundi soir José Anigo sur la chaîne de  télévision RTL. Il (Rémy) se trouve en Angleterre et discute avec certains  clubs. Tout le monde parle de Newcastle, mais il n'y a pas que Newcastle." "Nous devons nous montrer prudents. Nous avons fait notre part de boulot,  maintenant c'est au joueur et à ses agents de faire le leur. Rien n'est fait",  a ajouté Anigo en faisant allusion aux informations annonçant Rémy aux QPR,  mardi, pour y passer une visite médicale avant de signer son contrat.

Concernant ce nouveau développement, José Anigo a préféré botter en touche:  "QPR a des poches profondes et un manageur (Harry Redknapp) connu en  Angleterre pour avoir une bonne réputation. Alors, je ne pense pas que Loïc a  fermé la porte aux QPR".

Une croix que les Bleus ?

Les Rangers ont refusé de commenter l'information. Selon une source proche de l'OM, Marseille et Newcastle ont trouvé dimanche  un accord sur le transfert de l'attaquant français pour environ 10 millions  d'euros d'indemnités. "Ca ne dépend plus de nous, mais de la suite des  discussions entre Loïc, son agent et Newcastle", a précisé cette source.

Ce matin en revanche, certains médias se faisaient l'écho d'un revirement de situation et d'un accord de principe entre Rémy et QPR, Redknapp ayant a priori convaincu l'ancien Niçois de rejoindre le mauvais élève de la Premier League (20e et dernier avec 14 points). Un choix qui serait tout de même surprenant car on voit mal Rémy postuler en équipe de France dans les mois à venir -dans l'optique du Mondial 2014- en évoluant dans un club de deuxième division.

AFP